publicité

 

Réagir
Agriculture 24/05/2019

Travailler avec les chambres d’agriculture, au service des territoires et du foncier

par Bertrand Verfaillie
ruralité agriculture © Flickr-CC-L.Legay

Les chambres d’agriculture sont des établissements publics placés sur la tutelle de l’Etat. Elles sont administrées par des représentants du monde agricole, élus tous les six ans par un corps électoral d’environ 2,5 millions de professionnels de l’agriculture et de propriétaires forestiers ; le dernier scrutin a eu lieu en janvier 2019.

«Au bout du chemin, il y a un paysan. » Cette maxime en dit long sur la permanence du lien entre communes et agriculture. L’aménagement du territoire rural et périurbain, la gestion des sols, de l’eau et de l’air, la préservation des paysages et de la biodiversité, la situation de l’emploi dépendent beaucoup de la relation entre les élus, cultivateurs et éleveurs. Souvent, par le passé, les exploitants et leurs syndicats ont défendu farouchement leurs positions, au volant de leurs tracteurs. Si l’heure reste à la revendication, ces dernières années, la profession s’est efforcée de présenter un visage constructif de partenaire des collectivités locales. Les chambres d’agriculture veulent « appuyer le développement des territoires ».

À quoi sert une chambre d’agriculture ?

« Nous nous occupons d’abord des intérêts de nos affiliés, et en particulier de leur revenu, expose Claude Cochonneau, tout juste réélu président de l’Ass ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous