publicité

 

Réagir
Protection de l'enfance 02/05/2019

Des familles solidaires accueillent les mineurs étrangers de Loire-Atlantique

par Rouja Lazarova
mineurs-non-accompagnes-310x207 © Eva Perreaux

Face à l’afflux de mineurs non accompagnés (MNA), et de leurs spécificités comparés aux autres jeunes relevant de la Protection de l’enfance, le conseil départemental a instauré des modes de prise en charge alternatifs.

Pourquoi ?

A l’instar de nombreux départements, la Loire-Atlantique a vu le nombre de mineurs non accompagnés (MNA) augmenter considérablement depuis 2015. D’abord, en termes de flux : 1 379 jeunes se sont présentés aux services départementaux, se déclarant mineurs, en 2018, contre 1 500 en 2017 et 976 en 2016. La prise en charge a concerné 547 MNA en 2018, contre 460 en 2017, 348 en 2016, 254 en 2015 et 114 en 2014. Soit une progression d’une centaine de jeunes par an, venant en grande partie d’Afrique subsaharienne : Guinée, Mali et Côte d’Ivoire.

Comment ?

Le conseil départemental organise une réunion d’information auprès de familles volontaires. Les travailleurs sociaux procèdent à l’évaluation du profil du jeune : âge, origine, parcours migratoire. « Nous évaluons aussi les familles bénévoles, leurs motivations, leur compréhension des publics, le contexte familial, les conditions du logement », assure Maxime Boidin, directe ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous