publicité

 

Réagir
Gestion de crise 11/03/2019

Au passage des gilets jaunes, la Ville rose voit rouge

par Sophie Helouard
Les gilets jaunes face aux CRS à Toulouse lors de la manifestation du samedi 12 janvier © Adobe/Legall

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes en novembre dernier, le centre-ville de Toulouse est le théâtre chaque samedi de violences urbaines et de dégradations. Une situation qui fait fuir badauds et clients, impactant très sérieusement le commerce.

«A 16 h, samedi dernier, il n’y avait pas un chat dans les deux principales artères commerçantes de Toulouse. On se serait cru un dimanche à 18 h ! » Jean-Marc Martinez, président de la Fédération des associations de commerçants, artisans et professionnels de Toulouse est inquiet. Depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes, le 17 novembre dernier, les samedis se suivent et se ressemblent. Les manifestants défilent dans le centre-ville et les casseurs brisent les vitrines, pillent les magasins et détruisent le mobilier urbain. « Aujourd’hui à Toulouse, il est impossible de retirer de l’argent liquide. Il n’y a plus un seul distributeur de monnaie qui fonctionne ! » Aide exceptionnelle. Une violence sans précédent qui pousse les habitants à déserter le centre-ville et à faire leurs courses en périphérie. Et le manque à gagner commence à peser lourd pour les artisans et commerçants. Début décembre, la ville a essay ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous