publicité

 

Réagir
Réforme de l'Etat 22/02/2019

L’impérieuse refonte des services aux publics les plus fragiles

par Hugo Soutra
hopital

Hôpitaux, tribunaux, casernes, postes... Le «redéploiement » des services publics, souvent synonyme de fermetures pour les territoires en déshérence et peu denses, inquiète. Elus et habitants sont en attente de solutions locales, mais surtout nationales.

Une semaine après le lancement mi-janvier du grand débat national, les députés votaient la loi de programmation 2018-2022 et de réforme de la justice. Ce texte autorise la garde des Sceaux à fusionner les tribunaux d’instance et de grande instance. Au grand dam de Véronique Louwagie, députée (LR) de l’Orne : « La réduction du nombre de tribunaux, additionnée aux précédentes fermetures de casernes ou d’hôpitaux, fait hésiter des jeunes ménages à s’installer chez nous. » Sans compter la désertification médicale, ravageuse pour l’attractivité du monde rural. « Arrêter de rationaliser les mètres carrés de services publics, depuis Paris, au préjudice des territoires non métropolitains : c’est tout le sens des revendications des gilets jaunes. Que le gouvernement planifie ses politiques de manière globale, soit. Mais il ne doit pas se soumettre aux comptables de Bercy obnubilés par leurs tableurs Excel ! » enchaîne le maire (PS) de Marennes-Hiers-B ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous