publicité

 

Réagir
Crise des gilets jaunes 08/01/2019

Emmanuel Macron débutera sa « tournée des maires » dans l’Eure le 15 janvier

par La Rédaction
Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée depuis l'Elysée le 10 décembre 2018 © @Elysee

Annoncée par le chef de l'Etat il y a près d'un mois, la série de rencontres avec les maires débutera donc en Normandie le 15 janvier, jour d'ouverture du "grand débat national" qui s'étirera jusqu'au 15 mars. Un deuxième déplacement du chef de l'Etat est prévu trois jours après dans le Lot.

Annoncée par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée (enregistrée) et diffusée le 10 décembre, la tournée de rencontres du président de la République avec les maires débutera le mardi 15 janvier, dans l’Eure. C’est le ministre chargé des relations avec les collectivités territoriales lui-même qui l’a annoncé dans les colonnes du Parisien le 5 janvier. « Ce cycle de rencontre va démarrer le 15 janvier dans l’Eure, y détaille Sébastien Lecornu, ancien président du conseil départemental de 2015 à 2017, et le 18 dans le Lot ».

Une deuxième étape qui se tiendrait alors dans le chef-lieu, Cahors, où s’était déroulé la dernière édition décentralisée de la Conférence nationale des territoires en décembre 2017 ? Ni le ministre ni l’Elysée ne le précisent, tandis que France 3 évoquait hier soir la possibilité d’une rencontre à Souillac, 3 342 habitants au nord du département. 

Quant à la forme de ces rencontres, « pas question d’avoir de grandes messes, assure l’ancien maire de Vernon au Parisien. Il faut des formats les plus simples possible, des réunions de travail qui permettront au président et aux élus d’avancer sur un certain nombre de sujets. Cette tournée va se dérouler en parallèle du grand débat. Mais cette relation pourrait aussi s’inscrire dans la durée, ce serait à la fois innovant et naturel ».

Inciter les maires à reprendre le flambeau en 2020

Pour Sébastien Lecornu, cette « tournée des maires du président » doit aussi servir la cause de la lutte contre une possible crise de vocations pour les élections municipales 2020, en s’inspirtant des propostions des édiles pour simplifier normes et obligations touchant les collectivités locales. « Nous voulons que les propositions viennent des maires eux-mêmes. Je souhaite au final pouvoir faire émerger une série de propositions de simplification du quotidien des élus locaux, ajoute le ministre. Car on ne peut pas demander les mêmes obligations à un maire rural, qu’à un maire de ville de 100 000 habitants, qui a des centaines d’agents. Il y a des mesures de souplesse à prendre. C’est du bon sens. »

Une nouvelle déclaration dans le sens d’un « assouplissement » de la loi Notre pour en gommer les élements « irritants » comme aime à le répéter le ministre lors de ses interventions devant les associations d’élus

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous