publicité

 

Réagir
Sur le terrain 31/01/2019

Dix ans après l’emprunt toxique, le sérum juridique

par Sophie Helouard
banque-dexia-emprunts-toxiques © Flickr/R-DV-RS

Dix ans après la crise bancaire de 2008, les emprunts toxiques continuent de grever les finances de la petite commune de Sassenage en Isère, qui vient toutefois de gagner en appel contre la banque Dexia. Retour sur une mésaventure financière qu'ont vécue de de nombreuses autres collectivités.

Cet article fait partie du dossier:

En finir avec les emprunts toxiques

voir le sommaire
Lorsque Christian Coigné arrive à la tête de la mairie de Sassenage en 2001, les finances sont dans le rouge. « L’ancienne équipe municipale avait fait de la cavalerie bancaire et le budget était en déficit », se souvient-il. De 2004 à 2011, la commune procède à plusieurs opérations de refinancement de sa dette auprès de Dexia. Deux prêts sont contractés pour un total de 8,8 millions d’euros. L’un d’eux s’avère être un emprunt toxique de 4,5 millions. Baptisé « Tofix », ce produit structuré est en fait un crédit combiné dont le taux évolue en fonction de la parité du franc suisse et de l’euro. Jusqu’en 2009, la commune paie 170 000 € d’intérêts par an. Mais, avec la crise financière, les taux sont vite multipliés par quatre et Sassenage est contrainte de rembourser entre 500 000 et 600 000 € par an !

Rappelé à l’ordre

« Nous avons demandé à rencontrer la direction de Dexia afin de négocier mais avons essuyé u ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous