publicité

 

Réagir
Agriculture 17/01/2019

PAC : « Les collectivités devraient bâtir des alternatives profitant aux agriculteurs »

par Hugo Soutra
Agriculture, Gers © Flickr/Renaud-Camus

Qu’il s’agisse de la protection des terres agricoles ou de la qualité des repas servis dans les assiettes, les collectivités locales s’intéressent de plus en plus à l’agriculture. C’est tant mieux, mais elles peuvent encore faire bien davantage, selon l’ingénieure agronome et maître de conférences en économie à AgroParisTech, Aurélie Trouvé. Interview.

Cet article fait partie du dossier:

Agir pour les agriculteurs, de la terre à l'assiette

voir le sommaire
Peut mieux faire ! L'agro-économiste Aurélie Trouvé, auteure de "Le business est dans le pré" aux éditions Fayard, soutient les collectiivités qui s'impliquent de plus en plus en faveur de l'agriculture locale. Insuffisant toutefois, pour l'heure. Alors que la Commission européenne, les Etats et les régions négocient la future PAC en vigueur de 2021 à 2027, cette spécialiste de l’économie rurale, également co-présidente du conseil scientifique d’ATTAC, analyse les carences de la politique européenne et revient sur l’absolue nécessité, selon elle, d’un soutien massif du monde local à la transition agro-écologique.

La Commission européenne planche actuellement avec les Etats le futur visage de la « Politique agricole commune » (PAC) d’après 2020. Qu’en attendez-vous ?

Aurélie Trouvé : "il est encore un peu tôt pour juger, mais il faut distinguer le discours officiel de la Commission européenne et ce qu’el ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous