publicité

 

Réagir
Le maire employeur 17/12/2018

Prime au mérite : récompenser les efforts des agents en ciblant bien les critères d’attribution

par Maud Parnaudeau
euros-symbole © Phovoir

Moyen de reconnaître l’implication dans le travail ou outil de mise en concurrence ? Depuis le début des discussions sur la réforme de la fonction publique, l’exécutif veut renforcer la prise en compte du mérite dans la rémunération des agents. Un souhait que de nombreux employeurs territoriaux ont d’ores et déjà exaucé. Illustration avec Mohamed Fellah, adjoint au maire d’Agen.

Quand la prime au mérite a-t-elle été instaurée à Agen ?

Elle existait déjà au sein de la ville et de la communauté d’agglomération mais elle a été revue au moment de mutualisation des services administratifs en janvier 2015. Notamment parce que la prime des agents de catégorie C était proportionnellement moins importante que celles des catégories A et B. Et ce, pour des raisons budgétaires, au prétexte qu’ils représentent 75 % des effectifs… A l’occasion de la mutualisation, nous avons effectué un rattrapage pour les C, et opéré une revalorisation globale.

Qu’est-ce qui a motivé cette revalorisation ?

Nous demandions des efforts aux agents et voulions leur redistribuer le fruit de ce travail. Nous avons diminué de 3 % nos effectifs la première année après la mutualisation. Cette baisse se poursuit, depuis, au rythme de 1 % par an en moyenne. Les économies réalisées sur le non-remplacement des départs en retraite et le fonctio ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous