publicité

 

Réagir
Congrès de l'USH 12/10/2018

Gouvernement et logement social : la question financière reste en suspens

par Nathalie Da Cruz
Julien Denormandie en clôture du Congrès de l'USH le 11 octobre à Marseille © @UnionHLM

Le 79e congrès de l'Union sociale pour l'habitat (USH) s'est conclu le 11 octobre à Marseille sur des relations apaisées… malgré la persistance d’une interrogation majeure : la réduction des loyers imposée aux bailleurs sociaux en 2018, à hauteur de 800 millions d'euros, sera-t-elle doublée en 2020 ? Si le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a assuré le monde HLM de son attachement au modèle français du logement social, il a éludé la question financière, la repoussant à une "revoyure » qui débutera fin 2018 et qu'il pourrait mener dans les habits de ministre du Logement...

Si le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, n’est pas venu à Marseille, il ne faut nullement y voir un signe politique : il s’est décommandé pour raisons familiales. C’est donc seul à la tribune que Julien Denormandie, son secrétaire d’Etat, a répondu au discours de clôture du président de l’Union sociale pour l’habitat (USH).

Patron du monde HLM, Jean-Louis Dumont n’a pas ménagé ses propos, rappelant la colère encore vivace de son secteur après le maelström financier de l’année 2018. « Etes-vous prêt à ouvrir très rapidement les discussions pour trouver une alternative crédible et acceptable à la trajectoire budgétaire prévue de doublement de la réduction des loyers de solidarité (RLS) ? » La RLS a été imposée aux bailleurs pour compenser le rabotage des Aides personnalisées au logement (APL). D’un coût global de 800 millions d’euros pour l’ensemble des bailleurs sociaux en 2018, elle devrait passer à 1,5 milliard en 2020, lors d’une nouvelle baisse des APL !

Pas d’obligation de ventes de logements HLM

Le chaud et le froid : après cette question abrupte, Jean-Louis Dumont admettait avoir découvert dans le secrétaire d’Etat « un interlocuteur à l’écoute et conscient du rôle que nous jouons au service de l’intérêt général ». En même temps, un discret « Denormandie démission ! » fusait de la salle au début de l’allocution du membre du gouvernement. Celui qu’on a surnommé le « Macron boy » a poursuivi son discours sans ciller. Celui-ci a loué le logement social en France, « modèle aidé et universel, qui est le bon et qu’il faut préserver ». Il s’est lancé dans un plaidoyer pour la loi Evolution du logement et aménagement numérique (Elan), sur le point d’être définitivement adoptée. Et il veut aller vite : « tous les décrets d’application seront pris dans les six mois ».

Sur les 40 000 ventes de logements sociaux prévues par an, le secrétaire d’Etat a bien insisté : ce chiffre n’est pas une obligation. « Mais la loi donne des outils pour faciliter la tâche des organismes qui souhaitent vendre une partie de leur parc ».

Julien Denormandie s’est félicité des « relations apaisées » amorcées avec le mouvement HLM et du bon état d’esprit qui règne désormais : « Nous avons appris à nous connaître ». Enfin, il a abordé la question financière posée par Jean-Louis Dumont… en l’éludant.

Un auditoire conquis ?

Il s’est toutefois engagé à travailler avec le monde HLM pour vérifier que les mesures de compensation proposées sont suffisantes – faisant allusion à l’allongement des prêts et aux « prêts de haut de bilan »(1) accordés par la Caisse des dépôts et consignations. Il a aussi promis que la cotisation supplémentaire des bailleurs à la Caisse de garantie du logement locatif social (CG2LS) ne serait pas portée à 100 millions, comme prévu, mais limitée aux besoins nécessaires pour soutenir les organismes en grande difficulté.

Enfin, « un point de revoyure sur la situation sera fait fin 2018 ou début 2019 au plus tard, je m’y engage, pour développer les voies et les moyens d’atteindre les objectifs de 2020 ». Alors, 1, 5 milliard en 2020, oui ou non ? Il faudra patienter .

Le congrès s’est donc achevé sur un gros point d’interrogation. Cependant, Julien Denormandie a semble-t-il conquis son auditoire, qui l’a applaudi en fin de discours. Bien plus assuré que lors de ses premières apparitions dans l’ombre de Jacques Mézard, il y a un an, à l’aise à la tribune comme dans les allées du congrès, le jeune secrétaire d’Etat se verrait-il porter un costume plus grand encore ?

Note 01:

prêts à très long terme, avec un taux zéro pendant vingt ans, accordés par la CDC. - Retourner au texte

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous