publicité

 

Réagir
Gouvernement Philippe 3 16/10/2018

Marc Fesneau, nouveau ministre des relations avec le Parlement

par Aurélien Hélias
Marc Fesneau, président du groupe Modem à l'Assemblée nationale, dans l'hémicycle du Palais Bourbon en 2017 © Assemblée nationale

Jusqu'alors président du groupe Modem à l'Assemblée nationale, le député du Loir-et-Cher a été nommé ministre des relations avec le Parlement. Il lui faudra à ce poste renouer les liens avec le Sénat pour obtenir le vote de la Haute chambre sur la révision constitutionnelle. Et gérer les relations du Gouvernement avec le groupe majoritaire En marche pléthorique qui ne souhaite pas se voir attaché l'image d'une groupe de députés godillots...

C’est donc le président du groupe Modem à l’Assemblée nationale qui succède à Christophe Castaner, lui-même nommé ministre de l’Intérieur. Marc Fesneau, élu député pour la première fois à l’Assemblée en 2017, aura la lourde charge de pacifier et de désamorcer d’éventuels conflits entre l’exécutif et le Parlement, notamment au Sénat où la majorité de droite et le président de la Haute chambre Gérard Larcher n’entendent pas faire de cadeau à l’exécutif sur sa révision constitutionnelle et le la baisse du nombre de parlementaires. Mais il faudra aussi au nouveau ministre faire preuve d’habileté pour convaincre l’écrasante majorité La République en marche à l’assemblée qu’elle ne constitue pas pour l’exécutif qu’un bataillon de députés godillots dans une simple chambre d’enregistrement.

Gérer un groupe majoritaire pléthorique

En cela, la nomination de Marc Fesneau devrait être particulièrement bien perçue au sein du groupe majoritaire au Palais-Bourbon, groupe dont près d’une quarantaine avait préféré voté pour le secrétaire général du Modem lors du remplacement de François de Rugy au détriment de leur candidat « naturel », Richard Ferrand.

Le bientôt ex-député du Loir-et-Cher devrait aussi avoir une place de choix pour déminer les textes visant les territoires et les collectivités territoriales, comme il l’a fait récemment sur le texte transférant l’eau et l’assainissement aux intercos

Une figure de l’intercommunalité

Car, néo-député de 2017, Marc Fesneau est aussi une figure issue de l’action publique locale et tout particulièrement de l’intercommunalité. Longtemps l’un des responsables de l’Assemblée des communautés de France (AdCF) en tant que président de la commission institutions et pouvoirs locaux, le nouveau ministre fut maire maire de Marchenoir près de dix ans durant (2008-2017) et présidait aussi l’intercommunalité locale, la communauté de communes « Beauce Val-de-Loire », née de la fusion des communautés Beauce Ligérienne et Beauce et forêt, début 2016. Il faisait partie des huit sénateurs et députés portant la voix des intercos et de l’AdCF au Palais Bourbon.

Outre l’intercommunalité, l’ingénierie territoriale est l’une de ses spécialités.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous