publicité

 

Réagir
Réponse ministérielle 31/08/2018

L’Etat lutte-t-il suffisamment contre la désertification bancaire ?

par La rédaction
distributeur de billets © Adobe / Pixarno

Oui, assure Bercy dans une réponse à une question posée par un parlementaire. Avec deux axes de travail : le contrat de mission d’aménagement du territoire qui a été confiée par l’Etat à La Poste et le dispositif à venir de "cashback" permettant aux commerçants locaux de remettre des espèces aux clients.

Les distributeurs automatiques de billets disparaissent des zones rurales, alerte Olivier Gaillard, « au motif des coûts d’entretien et de sécurité trop forts eu égard au nombre de retraits ». Le député (LREM) du Gard s’en inquiète d’autant plus que « dans les villages, les commerçants qui se maintiennent malgré la fuite des services, refusent la carte bancaire », obligeant par là même les habitants à aller en ville effectuer des retraits en liquide pour consommer local. Autant dire, qu’à ses yeux, cette disparition des DAB entretient pour ne pas dire renforce « un phénomène plus général de désertification des services, des activités, et des personnes au sein des milieux ruraux ».

Alors, comment juguler cette spirale négative, demande-t-il aux services de Bercy ? Le ministère de l’Economie assure rester « vigilant à la bonne exécution de la mission d’aménagement du territoire qui a été confiée par l’Etat à La Poste », qui comprend notamment l’installation de DAB dans des communes isolées. Mais le gouvernement ne dispose toutefois d’aucun levier pour encourager les autres établissements bancaires à se soucier d’aménagement du territoire. Ceux-ci pourraient s’inspirer des points verts du Crédit agricole et des points relais du Crédit mutuel, et ainsi labelliser des commerçants en tant qu’agents bancaires autorisés à délivrer des billets.

Mais, plutôt qu’une soudaine prise de conscience des banques privées, le gouvernement mise sur l’autorisation programmée pour début 2019, au plus tôt à l’automne grâce à la transposition fin juillet de la directive européenne DSP2, du service dit de « cashback » : « Des espèces pourront être remises par les commerçants, à la demande du payeur, à l’occasion d’une opération de paiement en carte bancaire lors du passage en caisse », décrit Bercy, pour qui « ce service permettra de répondre à l’isolement des territoires les plus reculés, dont les relais d’accès aux espèces sont, comme vous le soulignez, souvent trop limités ou éloignés ». Si tant est que les commerçants ruraux s’équipent, d’ici là, de terminaux bancaires…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous