publicité

 

Réagir
Restauration collective 14/09/2018

Leviers d’action pour passer sa cantine en bio

par Sylvie Luneau
L'observatoire rappelle que, la restauration scolaire étant un service public facultatif, aucune obligation ne contraint la commune en matière de menus. © J. Ber

Comment mieux nourrir les élèves ? C’est la question que pose le législateur via la loi alimentation visant 20 % de produits bio dans la restauration collective en 2022. Problème : de nombreux élus demeurent rétifs, par crainte de l’enchérissement du service. C’est oublier qu’une meilleure organisation et l’appui d’acteurs locaux peuvent pallier les difficultés et permettre d’offrir, sans coûts prohibitifs, une meilleure alimentation aux enfants.

1 - Se former pour saisir les enjeux

L’agriculture biologique est au centre d’enjeux multiples liés à la santé publique, mais aussi à l’écologie et au changement climatique. Pour agir, il est indispensable de bien comprendre ces enjeux, en lisant par exemple des rapports scientifiques, pour être convaincu de l’utilité de la démarche. Le choix de servir une alimentation biologique à la cantine ne doit pas être vécu comme une contrainte, mais résulter d’une prise de conscience réelle. Les projets doivent être portés par les élus, les équipes de cuisine, les parents d’élèves et les citoyens. Car sans motivation, ils n’aboutiront pas. La formation doit permettre aux élus de comprendre la nécessité de ce changement et d’avoir les clés pour agir. Les équipes de cuisine doivent aussi bénéficier d’une formation technique pour réapprendre à cuisiner des légumes frais entiers, et non plus seulement à ouvrir des boîtes de conserve. Le d ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous