publicité

 

Réagir
Réponse ministérielle 22/05/2018

Les villes doivent-elles « refroidir » leurs centres ?

par La Rédaction
villes-et-changement-climatique-lyon

Comment rafraîchir les hyper-centres de certaines grandes villes ? A cette question posée par un député de Toulouse, le ministère de la Transition écologique apporte une série de réponses et de préconisations... toutes à la charge des collectivités.

Oui, en jouant sur les mobilités et l’urbanisme. Des écarts de température très importants sont régulièrement mesurés entre les différents quartiers au sein d’une même agglomération. Dans une question envoyée à l’automne dernier au ministère de la Transition écologique, le député (Modem) Jean-Luc Lagleize relevait ainsi un « écart de quatre degrés Celsius entre la place du Capitole et les bords de la Garonne durant les jours de canicule », s’expliquant par le « faible nombre d’arbres et la présence accrue de briques et de béton ». Alors, que faire pour rafraîchir les hypercentres de certaines grandes villes ?

Les services de Nicolas Hulot lui ont répondu le 20 février dernier. De l’adaptation des politiques d’aménagement au changement climatique, en passant par le renforcement des mobilités douces, c’est peu dire qu’ils ne manquent pas d’idées. Reste que la grande majorité des pistes avancées pour atténuer les îlots de chaleur urbains sont à la charge des seules collectivités.

Vantant la puissance des documents d’urbanisme et précisant les différents outils réglementaires à la disposition des élus, les services ministériels préconisent tout à la fois de « préserver des espaces naturels et agricoles périphériques », de « limiter l’imperméabilisation des sols urbains » notamment via « la présence de l’agriculture urbaine et de terrains cultivés en milieu urbanisé ou la protection de jardins familiaux », mais aussi de modifier la « morphologie urbaine ».

« Les auteurs du plan local d’urbanisme (PLU) peuvent définir des règles de constructibilité qui empêchent la mise en œuvre de « canyons urbains » formés par des bâtiments hauts, rapprochés et orientés défavorablement par rapport au vent» recommande également le ministère de la Transition écologique. Autre préconisation, « la diminution des déplacements motorisés et la desserte par les transports en commun des zones urbanisées, ainsi que l’usage des modes de déplacement actifs (marche, bicyclette) ».

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous