publicité

 

Réagir
AVRIL 2018

Les droits de l’opposition municipale

par Auteur associé

Le débat est la condition d’un exercice démocratique du pouvoir. Mais notre démocratie locale demeurant d’essence représentative, les élus se voient reconnaître des garanties plus étendues que celles offertes aux simples citoyens ou aux associations. Ces garanties relèvent des deux catégories traditionnelles en matière de libertés publiques : d’une part des droits-libertés (ou « droit de… »), comme le droit d’expression en séance, qui supposent que la puissance publique s’abstienne de réprimer certains comportements ; et d’autre part des droits-créances (ou « droit à… »), comme le droit à disposer d’un local de réunion, qui impliquent au contraire une action matérielle de l’administration. Ainsi, afin que le débat devant les électeurs soit permanent (et non limité aux campagnes électorales), complet et précis, la loi permet à tous les membres du conseil municipal de disposer des moyens de participer aux réunions, concevoir leurs arguments (par l’information et la formation) puis de les exprimer à l’oral mais aussi à l’écrit. De la participation aux travaux des commissions et de l’assemblée délibérante à la garantie de la bonne expression – orale ou écrite – de tous les élus, en passant par leur bonne information, ce « 50 questions » fait le point sur la réglementation et la jurisprudence la plus récente visant les droits des élus de l’opposition municipale.

Retrouvez l'intégralité de cet article
dans votre magazine

Se connecter
Numéros précédents
10264624.GRP.indd
JUIN-JUILLET 2019

Elections municipales 2020 : les précautions à prendre

Découvrir le supplément
10262496.GRP.indd
Mai 2019

Le maire, la commune et l’énergie

Découvrir le supplément
10260031.GRP.indd
AVRIL 2019

Le maire et la transparence de la vie politique

Découvrir le supplément
10258496.GRP.indd
MARS 2019

Les listes électorales

Découvrir le supplément
10255641.GRP.indd
FÉVRIER 2019

Les polices administratives

Découvrir le supplément
10254412.GRP.indd
JANVIER 2019

La loi « Elan »

Découvrir le supplément
Tous les suppléments

Réagissez à cet article

  1. Je suis attristé du choix de ce titre (« les droits de l’opposition municipale »). Les élections, à tous niveaux, conduisent à définir une majorité. A ma connaissance, en français, ceux qui ne sont pas dans la majorité sont la minorité. Pas l’opposition. Et ce simple respect du vocabulaire peut tout changer.

  2. Ne disposant pas du référendum d’initiative citoyenne la minorité ne peut pendant 6 ANS tenter de s’opposer à une délibération de la majorité. Qui a dons un chèque en blanc pendant 6 ans, sans que la minorité ou des citoyens puissent en appeler à l’arbitrage du corps électoral. Peut on dire qu’on est en démocratie représentative quand la minorité ne dispose pas au moins du référendum à SON initiative ?
    pp

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous