publicité

 

Réagir
Spectacle vivant 14/03/2018

Face aux arrêtés municipaux, les cirques ne veulent pas perdre leur part du lion

par Auteur associé
Interdictions de cirques avec animaux sauvages © P; Distel

Clou du spectacle de nombreux cirques itinérants, les numéros de dressage d’animaux sauvages suscitent la réprobation d’un nombre croissant de communes. Et les arrêtés municipaux les interdisant sur leur territoire se multiplient : plus de 70 communes ont banni sur leur territoire des numéros avec des animaux sauvages. Problème : plusieurs de ces arrêtés ont été jugés illégaux par la justice administrative, au grand soulagement des circassiens. Car la pratique est seulement réglementée par arrêté, et non interdite comme chez certains de nos voisins européens.

Par Jean-Louis Vasseur, avocat associé, SCP Seban et associés

Mais que se passe-t-il entre les circassiens et les élus ? Chaque jour, de nouvelles communes interdisent la venue, sur leur territoire, de cirques ambulants présentant des animaux sauvages. Elles sont au moins soixante-dix à ce jour. Ceci, alors que le juge administratif a rendu plusieurs décisions annulant ou suspendant certains des arrêtés de maires interdisant la venue des Zavatta et autres Pinder. Pas de quoi stopper la lame de fond : émus par l’abattage d’une tigresse échappée d’un cirque du 15arrondissement, les élus parisiens ont même adopté à l’unanimité le vœu qu’une telle interdiction soit édictée au plan national ! Les cirques avec ménageries et numéros de domptage ont pourtant longtemps suscité l’intérêt des populations. Mais les animaux puissants, dangereux, féroces, qu’ils exhibaient semblent aujourd’ ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous