publicité

 

Réagir
DÉCENTRALISATION 22/02/2018

Jean-Luc Moudenc plaide pour un dialogue systématique et direct entre métropoles et territoires

par Emilie Denètre
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, président de France urbaine © Ville de Toulouse-P.Nin

Auditionné jeudi 22 février à l’Assemblée nationale dans le cadre de la mission d’information pour « une nouvelle étape de la décentralisation en faveur des territoires », le président de l’association France Urbaine et maire de Toulouse, a plaidé pour « la création systématique d’une instance de dialogue direct entre les élus des métropoles et ceux des zones péri-urbaines ou rurales qui les entourent ». Un cadre législatif souple qui permettrait, selon Jean-Luc Moudenc, aux territoires concernés d’avancer sur les sujets qui les préoccupent localement.

Il y avait un peu d’électricité dans l’air ce jeudi 22 février à l’Assemblée nationale. « Je suis inquiet par les jugements lapidaires que portent certains, par les ‘a priori’ et par la logique d’affrontement qui est dessinée entre les métropoles et les territoires… le tout sur fond d’exploitation politicienne » a lancé Jean-Luc Moudenc, mordant, lors de son propos introductif devant les députés de la mission d’information pour « une nouvelle étape de la décentralisation en faveur des territoires ».

Anti-ruissellement et pro-dialogue

« C’est un problème difficile que l’on ne pourra pas résoudre par des slogans ‘anti-métropoles’ très à la mode ces temps-ci… Mais soyons clairs, à France Urbaine, nous ne croyons pas au discours sur ‘le ruissellement’ selon lequel le dynamisme de la métropole suffit à diffuser les richesses dans les territoires périurbains et ruraux qui l’entourent. Et ce n’est certainement pas en restant passif que cela marchera ». Pour le président de Toulouse Métropole, il faut donc imaginer une nouvelle instance de dialogue qui réunirait les élus métropolitains, périurbains et ruraux.

« Cela implique un nouvel état d’esprit, à savoir construire ensemble ». Pour illustrer son propos, Jean-Luc Moudenc cite sa coopération avec le Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) des Portes de Gascogne : « Nous nous sommes choisis, et ce n’est pas depuis Paris que l’on peut créer de telles coopérations, par ailleurs, c’est nous qui avons également défini les thématiques que nous voulions travailler ensemble ».

Pour le président de France Urbaine, le cadre de dialogue doit par ailleurs être direct. « Pour que cela marche, il faut du dialogue direct sans intermédiaire. Les conseils départementaux ont parfois intérêt à ce que cette coopération n’existe pas, et ce pour entretenir un fond de sauce électoraliste et politicienne » tacle Jean-Luc Moudenc.

Un cadre… souple sur le fond

Le président de France Urbaine a par ailleurs défini quelques pistes de travail « métropole-territoires » qui lui semblaient pertinentes :

  • « Tout ce qui tourne autour des stratégies alimentaires » ;
  • Le tourisme avec « des promotions en commun, des circuits, etc. »
  • Et enfin « le cœur, le développement économique » : « il faudrait essayer de comprendre pourquoi les acteurs économiques viennent s’implanter dans les métropoles et pas 50 km plus loin dans les zones périurbaines ? Quels sont les points de blocage à faire sauter ? Travailler sur ces stratégies d’implantation, c’est ramener de la richesse en direct pour des projets urbains et ruraux ».

« Les métropoles sont un phénomène inéluctable, soit on reste dans les protestations et les incantations, soit on rentre dans cette question par une logique de coopération systématique… et non optionnelle : mais sera-ton capable de les rendre obligatoire ces coopérations » interroge Jean-Luc Moudenc en conclusion. 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous