publicité

 

Réagir
La perle juridique 02/03/2018

Tartuffe à l’affiche le temps d’une campagne antisida

par Auteur associé
Tartuffe

La moralité peut-elle être invoquée pour censurer une campagne de prévention sanitaire ? C’est ce qu’a cru un maire fin novembre 2016 en faisant interdire pendant deux jours des affiches, issues de l’Agence nationale de santé, montrant des couples homosexuels s’enlaçant.

Par Jean-Louis Vasseur, avocat, Seban & associés

L'Agence nationale de santé publique avait organisé, du 16 au 29 novembre 2016, dans 130 villes en France, une campagne de prévention contre le sida via un affichage urbain destiné aux hommes homosexuels. Son but : sensibiliser ce public à l’épidémie, alors que les études d’alors montraient une augmentation préoccupante des cas de contamination. Les affiches donnaient à voir, dans les abribus, des images de couples enlacés invitant à avoir des rapports sexuels protégés. « S’aimer, s’éclater, s’oublier », « les situations varient, les modes de protection aussi », « Avec un amant, avec un ami, avec un inconnu... Coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir », proclamaient les différentes affiches. Leurs images, à mille lieux de la pornographie, étaient conçues pour retenir l’attention des homosexuels et les alerter sur la réalité de l’épidé ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous