publicité

 

Réagir
Campagnes électorales 26/01/2018

Loi anti-« fake news » : quel impact dans les territoires et lors des élections locales ?

par Emilie Denètre
Rumeur © Adobe/ psdesign1

Irrité par des rumeurs qui se sont répandues lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron veut désormais la création d’une loi anti « fake news ». Le but : lutter contre la propagation de fausses nouvelles au cours des campagnes électorales. Mais ces « informations » qui n’en sont pas ne frappent pas que les grandes figures politiques nationales, elles circulent aussi dans les territoires, visant parfois nommément les maires… Décryptage des potentiels effets de cette future loi pour les élus locaux, notamment en période électorale.

« Fake news », derrière l’anglicisme, un procédé vieux comme la cité : celui de la déstabilisation politique par le mensonge ! Et une méthode dénoncée par le chef de l’Etat lors de ses vœux à la presse le 3 janvier : « nous vivons l’irruption dans le champ médiatique des fausses nouvelles, les fake news, comme on le dit dans le monde anglo-saxon, et des médias qui les propagent. [...] Par une fascination pour une horizontalité absolue, nous avons considéré que toutes les paroles pouvaient en effet se valoir et que la régulation était forcément suspecte d’un choix. Or, ce n’est pas le cas, toutes les paroles ne se valent pas et des plateformes, des fils Twitter, des sites entiers inventent des rumeurs et des fausses nouvelles qui prennent rang aux côtés des vraies », déplorait-il.

Avant l’avènement des réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, on parlait plutôt de « légende urbaine » ou de « rumeur ». En 2013, plusieurs élus en régions en étaient d’ailleurs victimes, à l’image de Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne.

La rumeur du transfert des habitants du 9-3

« Cela a commencé dès 2010-2011, alors que j’étais au gouvernement, explique l’édile. Il se racontait que je faisais venir dans ma ville des trains entiers de personnes originaires de Seine-Saint-Denis contre de l’argent. Le fait que je sois à Paris ‘crédibilisait’ en quelque sorte cette légende urbaine ». Au départ, Benoist Apparu n’y prête pas attention : « je me disais que d’en parler publiquement ne ferait que donner corps à ces mensonges ». Pourtant aujourd’hui, avec le recul, il l’assure : « en me taisant, j’ai fait une grosse connerie ! »

En effet, au fil des mois, des années, la rumeur ne fait que se renforcer. À l’approche de la campagne des municipales de 2014, elle atteint même une « puissance incroyable ». « A l’été 2013, je ne pouvais plus faire un pas dans la rue, sans que l’on m’en parle ! Je rageais intérieurement face des gens qui m’assénaient leurs certitudes absolues et qui me brandissaient même des chiffres : ‘un train de 600 personnes, un autre de 800’ » raconte le maire. Il décide alors de porter plainte pour couper court à cette rumeur poisseuse, qui l’accusait au passage d’empocher personnellement les deniers du conseil général de Seine-Saint-Denis. Au final, la plainte du maire de Châlons-en-Champagne n’aboutira sur rien de concret. « En fait, c’était surtout symbolique » corrige-t-il.

Saisir un juge en référé, la solution ?

Selon les premiers éléments connus, la future loi anti « fake news » permettrait de saisir un juge en urgence afin de faire retirer les contenus jugés faux des plateformes numériques de diffusion, mais aussi « de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site Internet » selon les voeux présidentiels. « Cela me paraît compliqué de faire retirer en référé les 300 000 tweets qui reprennent la fake news ; en revanche, là où c’est intéressant, c’est de se dire qu’on aura une décision de justice pour dire que c’est faux… la qualification juridique sera aussi intéressante, car aujourd’hui c’est tellement facile de reprendre un tweet et d’alimenter la rumeur », analyse l’ancien ministre.

Cette loi, voulue par Emmanuel Macron, viserait également « en creux » des organes de presse tels que Spoutnik ou Russia Today, accusés d’être « des organes de propagande » par le Président. Mais pour Nicolas Vanderbiest, chercheur belge spécialiste des fake news et doctorant à l’Université Catholique de Louvain, ces sites relèvent davantage du « cadrage informationnel ». « Les faits qu’ils évoquent ont réellement eu lieu, mais ils vont leur apposer une espèce de lunette afin de démontrer quelque chose. Il s’agit plus d’une certaine vision du monde qui s’inscrit dans la liberté d’opinion ». Ces sites ne seront concernés par la future loi que s’ils venaient eux-mêmes à relayer des fake news, explique donc Nicolas Vanderbiest.

« Une manière de tourner les phrases… »

L’information locale serait-elle aussi pervertie par certains médias ? En Bretagne, dans la commune déléguée de Langourla (900 habitants, commune nouvelle Le Menée), le maire Michel Ulmer est justement depuis quelques semaines la cible d’un site très orienté, Breizh Infos. La future installation de migrants dans l’ancienne maison de retraite du village semble obséder les auteurs de ce site d’informations qui n’hésitent pas à venir tourner des « Facebook Live » lors des réunions publiques.

« Ce ne sont pas vraiment des fake news, explique le premier magistrat, mais c’est une manière de tourner les phrases qui pose problème. Par exemple, il est écrit que la situation est très tendue et que pour preuve j’ai demandé aux gendarmes d’être présents aux vœux… mais c’est une tradition d’inviter les gendarmes pour les vœux ! ».

Par l’entremise des réseaux sociaux et des « partages » numériques, les contenus de ce site breton se sont largement diffusés dans la commune. Résultat : des tracts haineux ont fait leur arrivée dans les boîtes aux lettres du village ainsi qu’une lettre de menaces adressée à Michel Ulmer. Bref : un pourrissement de la situation, empêchant un débat serein sur la question.

Halo d’audience

Pour Nicolas Vanderbiest, ces contenus clivants bénéficient de nos jours de l’aspect systémique des réseaux sociaux : « Ce type de contenus a davantage de chance d’émerger que d’autres, bien mieux sourcés mais ennuyeux. Qu’on les partage ou qu’on les critique, il se créée autour de ces articles une espèce de halo et donc une audience et une mise en valeur ». Bref, sauf à espérer obtenir la modification des algorithmes des plateformes de diffusion, les fausses nouvelles ou celles biaisées ont encore de beaux jours devant elles.

Réagissez à cet article

  1. Cette loi doit s’adresser à l’ensemble de la population, sur tout le territoire national… et je dirai même extra-national… les fausses nouvelles sont des faux qui peuvent porter préjudice à tout individu victime de ces rumeurs… mais l’information est souvent sujette à rumeurs du fait de la déformation de compréhension, du fait du nombre de réseaux sociaux et du nombre d’internautes… Parfois l’information tue l’information…

  2. Double problème :
    1) ça avantage toujours les partis extrémistes
    2)la population raffole de ce type de nouvelles : quand on voit le succès des magazines people…

  3. La semaine dernière au marché, j’ai rencontré un commerçant qui me racontait que dans un village d’un département voisin, des personnes avait semé la rumeur de sa mort. Certainement un moyen de récupérer son business.
    Dans mon village les gens ont plutôt les langues acérées, bien blessantes, se permettant d’éparpiller à tout vent les détails les plus intimes d’un tel ou un tel, exagérant les traits et n’épargnant pas leurs jugements.
    L’homme est un être social, nous le savons, en France il semble se délecter de propos vaches à l’encontre des autres. (Nous ne sommes pas le seul pays dans ce cas)
    Mais il pourrait en être autrement, avec un travail à la fois général et personnel : en faisant attention à ne pas salir les autres par notre parole. c’est simple, et banal, comme tourner sept fois sa langue dans sa bouche, etc. Simple mais si difficile, tant notre langue nous démange ! C’est un travail dur, mais nécessaire je pense si l’on souhaite vivre ensemble en paix, mais encore faudrait-il souhaiter la paix

  4. Cette loi ne risquerait-elle pas de réintroduire quelque chose de bien plus dangereux encore : la censure. Qui déterminerait si c’est ou non un fait non réel ? Il faut du temps pour cela, des moyens ? Sans temps ni moyen comment déterminer si l’information est vraie ou fausse ?

  5. Peut-on connaitre le rapport entre les fake news et le travail de Breizh Info à Langourla Madame Denètre ?

    Vous êtes d’une malhonnêteté …

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous