« Allons au-delà de la sécurité et protégeons notre jeunesse de la propagande islamiste »

publicité

 

Réagir
Prévention de la radicalisation 31/01/2018

« Allons au-delà de la sécurité et protégeons notre jeunesse de la propagande islamiste »

par Hugo Soutra
Antoine Jardin, professeur à l'école urbaine de Sciences-Po © J-L. Bertini / Pasco

Coauteur de « Terreur dans l’Hexagone, génèse du djihad » avec Gilles Kepel, Antoine Jardin, professeur à l'école urbaine de Sciences Po et politiste spécialiste des quartiers populaires, appelle à élargir le combat contre « l’environnement collectif qui rend possible la radicalisation et le terrorisme ».

Cet article fait partie du dossier:

Les collectivités territoriales engagées contre la radicalisation islamiste

voir le sommaire

Pourquoi les collectivités devraient davantage s’intéresser à la question de la radicalisation islamiste ?

Bien qu’il utilise une tradition religieuse, le djihadisme est un projet profondément politique ! Il pose d’évidents problèmes de sécurité en bout de chaîne, lors de passages à l’acte interpellant directement l’Etat, mais attention de ne pas le réduire à cette dimension. Le terrorisme n’est qu’un moyen d’action, certes spectaculaire, mais la finalité de cet usage immodéré de la violence consiste bien, au même titre que la propagande ou le prosélytisme, à changer l’organisation des sociétés occidentales jugées impies. 

Les pouvoirs publics en ont-ils seulement conscience ?

La France a longtemps fermé les yeux, bien qu’il soit de notoriété publique que des réseaux islamistes s’adonnaient déjà à du trafic d’armes dans certains quartiers français au cours des années 1990. Depuis 2012, l’Etat a pris consc ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous