publicité

 

Réagir
Attractivité des villes moyennes 16/11/2017

Centres-villes : « Ce plan s’attaque aux bons problèmes, mais de manière cosmétique »

par Emilie Denètre
Centre-ville, la clé sous la porte © Flickr-CC-DirectionCentreVille

Pour la géopolitologue Béatrice Giblin, le plan annoncé par le ministre de la Cohésion des Territoires en faveur des villes moyennes de 2,5 milliards d’euros sur 5 ans est louable, mais les moyens demeurent trop faibles pour atteindre les objectifs annoncés : rénovation de l’habitat dégradé en centre-ville, limitation de la vacance commerciale et équipement en très haut débit à l’horizon de 2020.

Cet article fait partie du dossier:

A la reconquête des centres-villes

voir le sommaire

C’est en conclusion de l’assemblée générale de l’association Villes de France, le 12 octobre dernier, que Jacques Mézard avait évoqué, devant les élus réunis, son plan de « sauvetage » en faveur des villes de 20 000 à 100 000 habitants. « Les villes moyennes ont été les grandes oubliées de l’aménagement du territoire ces dernières années » a lancé le ministre de la Cohésion des Territoires annonçant le déblocage des fonds au début de l’année 2018. Il y a une semaine, L’Opinion dévoilait à son tour les grandes lignes budgétaires : 2,5 milliards d’euros fléchés en faveur de 250 villes sur les 5 ans à venir.

Béatrice Giblin est géopolitologue, elle dirige la revue Hérodote, et est l’auteure de « Le Paradoxe français ». Pour le Courrier des maires, elle décrypte ce plan gouvernemental.

Courrierdesmaires.fr : 250 villes ciblées par le gouvernement… quelles sont ces villes, leurs particularités ?

Béatrice Giblin : Pour la plupart, ce ne sont pas des villes situées dans de grosses conurbations mais plutôt situées dans des zones relativement peu peuplées. Plutôt des villes « préfecture » ou de « sous-préfecture », qui ont perdu ces dernières années en dynamisme démographique. À l’image de Nevers, qui autrefois accueillait 50 000 habitants, contre 35 000 à peine aujourd’hui. Ces villes moyennes, qui vont de 10 000 à 50 000 habitants, sont ceinturées par de grands centres commerciaux, qui attirent les familles le week-end. Souvent l’hôpital ou le lycée ont également été déplacés en périphérie pour des raisons pratiques. Ces communes se retrouvent donc aujourd’hui avec un centre-ville fragilisé, délaissé et finalement plus du tout attrayant. Il faut dire que certains maires n’ont rien fait pour améliorer les choses.

Y’a-t-il une espace territorial où l’on retrouve plus particulièrement ces villes fragilisées ?

Béatrice Giblin, géopolitologue, auteure de «Le Paradoxe français »

Non. Il n’y a pas ici de diagonale « Le Havre-Paris-Marseille ». Vous allez retrouver des villes moyennes en difficulté aux quatre coins de la France. Historiquement, ces villes étaient souvent « portées » par une mono-activité (dentelle, coton, sidérurgie, etc.) qui, lorsqu’elle s’est arrêtée, a entraîné une fuite des populations.

On oppose souvent ces territoires aux métropoles qui vont bien et « aspirent » les emplois et populations…

Je pose cette question : est-ce qu’une métropole qui irait mal permettrait en retour aux petites villes d’aller mieux ? Non. Donc il faut arrêter avec cette idée-là. Le problème c’est finalement la distance qu’il y a à parcourir depuis la ville moyenne pour gagner la métropole et profiter de son attractivité. Quand il y a 50 ou 60 kilomètres à faire, c’est sans doute déjà trop.

Est-ce que les trois pistes retenues par le gouvernement (habitat, commerce, THD) sont, selon vous, les bonnes ?

Oui. Incontestablement. Le problème est plutôt à rechercher dans les montants investis par le gouvernement. 2,5 milliards d’euros pour 250 villes sur 5 ans, faites le calcul, ce n’est pas grand-chose [ndlr : 10 millions par ville et par an]. C’est cosmétique. Mais ce plan a au moins l’avantage d’amorcer quelque chose, de mettre le sujet sur le tapis et peut-être donnera-t-il à certains élus des idées, des solutions pour rendre leur centre-ville plus attractif ?

 

Sommaire du dossier

21 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous