publicité

 

Réagir
Conduite des équipes 07/11/2017

Recours aux consultants : un retour sur investissement sous conditions

par Maud Parnaudeau
Travail, emploi, RH © F. Stijepovic

Face à l’accélération des réformes, à la complexité réglementaire et au gel des recrutements, difficile pour les collectivités de se passer de conseillers extérieurs. Pour que leur prestation soit à la hauteur, mieux vaut les suivre de près.

Appelés en renfort pour mener des études ou pour aider à la prise de décision, les consultants interviennent aujourd’hui dans quasiment tous les champs de l’action publique locale. Des projets de territoire à la transformation des organisations, de l’aménagement urbain au conseil financier, peu de domaines échappent à l’externalisation. On fait appel à eux pour leur expertise, pour un appui méthodologique, par manque de temps et de compétences en interne. « Ils apportent aussi l’expérience glanée auprès d’autres collectivités qu’ils ont accompagnées », constate Loïc Cauret, maire de Lamballe (Côtes-d’Armor) et à la tête de l’interco.La liste des motifs de recours aux consultants s’est allongée ces dernières années, à mesure que les réformes s’accumulaient et que les projets se complexifiaient. « Sur l’urbanisme notamment, nous n’avons pas d’autre choix que de nous faire accompagner quand nous devons appliquer de nouvelles règles », indique l’édile breton. Le choix est parfois plus ouvert : « Je fais entièrement confiance à mes services. C’est à eux qu’il revient de juger s’il est nécessaire ou non de faire appel à un appui extérieur et de déterminer quel type de profil il nous ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous