publicité

 

Réagir
Ecoles primaires 18/07/2017

Rythmes scolaires : une commune sur trois revient à la semaine de quatre jours dès septembre

par La rédaction
Rythmes scolaires © Phovoir

Ce sont essentiellement des communes rurales qui choisissent de tourner le dos à la semaine de quatre jours et demi. Les chiffres officiels communiqués par le ministère de l’Education nationale font aussi état de taux de passage très disparates d’un département à l’autre.

Cet article fait partie du dossier:

Collectivités territoriales : l'aménagement des rythmes scolaires

voir le sommaire

C’est désormais officiel : à la rentrée 2017, 36,8% des communes de France ayant au moins une école publique, soit 31,8% des écoles, ont choisi de revenir sur la semaine de quatre jours et demi pour privilégier une semaine scolaire de quatre jours, « ce qui correspond à un peu plus d’un quart des élèves de l’école primaire (28,7%) », précise dans un communiqué le ministère de l’Education nationale.

Une dérogation rendue possible par le décret publié le 28 juin au Bulletin officiel. « Ce mouvement montre que les acteurs de terrain se sont saisis de la liberté nouvelle qui leur était offerte pour mettre en place des organisations correspondant aux besoins de leur territoire », se félicite la Rue de Grenelle.

Les communes rurales plébiscitent le retour à quatre jours

Le ministère précise que « ce sont plutôt des communes rurales qui ont choisi de se saisir de cette liberté nouvelle. Les villes, a fortiori les grandes villes, ont globalement choisi de conserver l’organisation de la semaine sur quatre jours et demi. »

En dehors des communes rurales, quelques communes de plus de 50 000 habitants ont opté pour l’organisation de la semaine scolaire sur quatre jours parmi lesquelles :

  • académie de Créteil : Chelles (77), Saint-Maur-des Fossés (94), Epinay-sur-Seine (93) ;
  • académie de Lille : Tourcoing, Dunkerque, Calais ;
  • académie de Montpellier : Montpellier (expérimentation autour de trois groupes scolaires) et Perpignan ;
  • académie de Nice : toutes les grandes villes du Var et des Alpes-Maritimes (Antibes, Cannes, Nice, Toulon, Hyères, etc.) ;
  • académie de Versailles : Sarcelles, Colombes, Sartrouville, Versailles.

Une bascule très disparate d’un département à l’autre

« Les taux de passage à quatre jours sont très disparates d’une académie à l’autre avec une appétence plus forte dans les départements ruraux », souligne le ministère. Dans le « top dix », en métropole, on trouve notamment :

  • la Corse (à 96 %),
  • les Pyrénées-Orientales (83%), 
  • les Hautes-Alpes (78%), 
  • l’Oise (62 %) 
  • ou encore l’Aveyron (53%). 

L’académie de Nice (84%) fait partie des territoires urbains qui devraient passer le plus massivement à la semaine de quatre jours. 

En revanche, l’académie de Poitiers ne reviendra aux quatre jours qu’à hauteur de 9 % de ses communes, dont la Charente-Maritime à 19%.

Thèmes

Sommaire du dossier

29 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous