publicité

 

Réagir
Moralisation de la vie politique 28/06/2017

La suppression de la réserve parlementaire phagocyte l’audition de la Garde des Sceaux

par Aurélien Hélias
Nicole Belloubet, nouvelle ministre de la Justice, auditionnée au Sénat le 27 juin. © Sénat

Reçue par la commission des lois du Sénat le 27 juin sur les projets de loi "rétablissant la confiance dans l'action publique", Nicole Belloubet a fait face au feu roulant des questions des sénateurs sur la suppression de la réserve parlementaire. Son remplacement par un fonds de dotation territorial apparaît loin d’être acquis…

Cet article fait partie du dossier:

La transparence de la vie politique

voir le sommaire
Sujet à polémique quant à son utilisation par les députés et sénateurs, car jugée clientéliste depuis plusieurs années, la réserve parlementaire doit être supprimée par le projet de loi organique rétablissant la confiance dans l'action publique, déposé en même temps que le projet de loi simple au Sénat le 14 juin. Pour cela, l’exécutif veut modifier la loi organique relative aux lois de finances, la « Lolf ». Or, François Bayrou, avant de devoir quitter la place Vendôme, l’avait promis : les fonds ne seraient pas pour autant perdus pour les collectivités car l’équivalent du montant de la réserve serait transféré « à un fonds d’action pour les territoires, notamment ruraux, et des projets d’intérêt général. Et soumis à des critères précis et publics et définis par l’Assemblée nationale », ambitionna ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous