publicité

 

Réagir
Moralisation de la vie publique 11/07/2017

Transparency International : « Faire émerger une culture déontologique en France »

par Hugo Soutra
Marc-André Feffer, nouveau président de Transparency International France © P. Allan

Successeur de Daniel Lebègue à la tête de Transparency International France, Marc-André Feffer compte bien rester vigilant sur les projets gouvernementaux de moralisation de la vie politique. La section française de Transparency poursuit son travail de lobbying en faveur de la transparence de la vie politique. Et analyse sans concession les derniers textes en la matière.

La transparence et l’éthique ont été au centre de la campagne présidentielle, mais aussi du début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Est-ce une surprise ?

Pas tant que cela. Les « affaires » représentent un puissant moteur de progrès de la législation : nous l’avions déjà vu en 2013 avec Jérôme Cahuzac et la loi sur la transparence de la vie publique. Cette élection présidentielle pour le moins animée le confirme, en débouchant sur un nouveau projet de loi de moralisation de la vie publique.Alors même qu’un certain nombre de décisions ont déjà été prises par François Hollande au cours des dernières années, les élus semblent prendre conscience du caractère de moins en moins supportable, pour la société civile, de pratiques longtemps admises. C’est le cas en France – où de premières manifestations en faveur de la transparence ont vu le jour ces derniers mois – mais aussi ailleurs en Europe.

Ne faut-il pas craindre que votre combat alimente les discours sur le « tous pourris » tenus par une partie des Français  ?

Nous ne le pensons pas. Nos concitoyens, selon notre sondage mis à jour en début d’année, considèrent à 57% que les décideurs exerçant du pouvoir sont en grande partie corrompus ! C’est une perception forte, même si elle est évidemment très éloignée de la réalité de la corruption telle qu’elle résulte des chiffres tangibles du feu Service central de prévention de la corruption, qui faisait état de 241 condamnations dans des affaires de probité en 2014, je le rappelle.La transparence absolue n’est ni souhaitable ni une fin en ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous