publicité

 

Réagir
Associations d'élus 13/03/2017

Présidentielle : les maires ruraux font entendre leurs voix

par Emilie Denètre
Vanik Berberian, président de l’AMRF : « Les maires ruraux ne baissent pas les bras ! » © L. Habib

Dans le cadre de ses « Etats Généreux » de la ruralité, l’Association des maires ruraux de France (AMRF), dirigée par Vanik Berberian, a collecté une centaine de propositions qu’elle adressera dans les jours à venir aux différents candidats à l’élection présidentielle. Le but : faire entendre la voix des 21 millions de Français vivant en milieu rural. Numérique, services publics locaux et démocratie locale y tiennent une bonne place.

Cet article fait partie du dossier:

Présidentielle 2017 : tous les enjeux "locaux" du scrutin

voir le sommaire

Fini le « grand oral ». Cet exercice, consistant à auditionner les candidats à l’élection présidentielle sur leur vision de la ruralité et à publier leurs réponses auprès du réseau de l’association, est jugé aujourd’hui « factice » par l’association des maires ruraux de France (AMRF). « Les candidats nous disaient ce que nous avions envie d’entendre, mais en réalité, ils s’en battaient les côtes ! » argue, sans mâcher ses mots, le président de l’AMRF Vanik Berberian. D’où l’idée cette année de changer les règles du jeu et d’adresser cette année aux prétendants la fonction suprême, directement une liste de ce qu’il conviendrait de faire !

 Une ruralité généreuse et vivante

Ces propositions – une centaine – ont été élaborées au cours des « Etats généreux de la ruralité » qui se sont tenus sur tout le territoire l’année passée.

Réunissant tous les acteurs de l’écosystème de la ruralité, ces réunions départementales avaient pour ambition, selon Vanik Berberian, de rompre avec « une certaine image ‘poussive’ de la ruralité, il ne s’agit pas d’un simple exercice de complaintes, la ruralité est au contraire généreuse et pleine d’idée ! ». Et Jean-Paul Carteret, président des maires ruraux de Haute-Saône, de poursuivre : « l’originalité de notre démarche est d’avoir associé un maximum de monde à ces réflexions, nous avons voulu aller au-delà des élus qui s’expriment habituellement sur ces questions de ruralité ». D’ailleurs dans son département, les « Etats Généreux » ont la pris la forme d’un salon avec près de 80 exposants et 1500 visiteurs !

Car ce sont aujourd’hui, « près de 21 millions de Français qui vivent à la campagne et qui veulent pouvoir se déplacer, travailler, se soigner, se connecter au très haut débit, avoir des écoles pour leurs enfants, etc. » énumère le président Berberian. En effet, plusieurs études ont pu démontrer ce regain de vitalité démographique des territoires ruraux (surtout sur la façade Atlantique et le pourtour méditerranéen) ces dernières années. Un mouvement qui s’inscrit dans le cadre plus large de la périurbanisation et qui pousse les individus à s’éloigner toujours plus de la ville-centre, pour gagner en espace et en qualité de vie.

 Aménagement, économie, mobilité, santé, numérique…

Aussi, parmi les propositions que l’AMRF devrait donc adresser aux candidats, on retrouve par exemple :

  • Vie locale – Repenser le rôle de la mairie, première maison commune « Maison de services publics » et développer la « mairie numérique » ;
  •  Numérique – Développer en urgence l’Internet mobile, généraliser la 4G et déployer la fibre et toutes techniques alternatives si besoin ;
  •  Gouvernance – Donner aux collectivités locales la capacité d’expérimentation dans tous les domaines de compétences ;
  •  Décision publique- Respecter la démocratie « qui donne mandat aux élus et pas aux fonctionnaires », en donnant à ces derniers une voix consultative et non délibératives dans toutes les commissions ;
  •  Emplois – Soutenir fortement toutes les initiatives de création et d’adaptation de l’emploi en milieu rural par des exonérations de charge ;
  •  Finances locales –Augmenter les dotations aux collectivités rurales par l’abrogation des « dispositions discriminantes » pour les habitants ruraux (la dotation globale de fonctionnement est de 64 euros pour un habitant rural, le double pour un habitant de la ville) ;
  •  Santé – Accompagner les communes dans leur aide à l’exercice de l’activité médicale, réformer les études de médecine, revoir les périmètres de compétences des professions médicales et paramédicales, développer la télémédecine…

Objectif : les législatives de juin

Ces propositions devraient être validées le 18 mars prochain dans le cadre de l’Assemblée générale de l’AMRF qui se déroulera à Lyon… avant d’être expédiées aux candidats. Réaliste face à un certain désintérêt des politiques nationaux sur ces questions liées ruralité, Vanik Berberian lance : « on vise surtout les législatives qui vont suivre ».

 

Sommaire du dossier

19 articles Lire le 1er article

Réagissez à cet article

  1. Merci à l’AMRF d’inverser la démarche de la démago des candidature. La « Ruralité » est la grande absente de la manipulation électorale des candidats … la France ne s’arrête pas aux périphériques parisiens.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous