publicité

 

Réagir
PRÉSIDENTIELLE 2017 21/03/2017

Les maux des ruraux infiltrent la campagne

par Hugo Soutra
CDM_LOGO PRES_611X411_blanc © P. Distel

Pas un programme n’y échappe : le monde rural est la préoccupation affichée des présidentiables. Les mesures proposées s’articulent en diverses politiques qui, toutes, cherchent à sortir de l’impasse du déséquilibre territorial.

Cet article fait partie du dossier:

Présidentielle 2017 : tous les enjeux "locaux" du scrutin

voir le sommaire
Mai 2012. A la fin de sa campagne, François Hollande sort de son chapeau le concept d’égalité des territoires. Une fois enfilés ses habits de président de la République, les quelques signaux donnés dans cette direction par l’ancien élu de Corrèze n’ont pas réussi à juguler la progression linéaire des votes protestataires à l’extérieur des métropoles. Cinq ans plus tard, tous les candidats, d’un bout à l’autre du spectre politique, dénoncent, chacun à leur tour, les inégalités de traitement dont sont victimes les habitants de cette « France périphérique ».Côté partis de gouvernement (PS et LR), pas un représentant n’a oublié de visiter une maison de service au public (MSAP), au détour d’une petite ville. C’est qu’elles représentent un remède concret, selon eux, au manque d’accessibilité aux services publics, en organisant par exemple des permanences de la CAF et de Pôle emploi dans les locaux d’une médiathèque.A l’opposé, le sénateur-maire de Toulon (Front national), David Rachline, ne voit dans ces mutualisations qu’un « pansement sur une jambe de bois, visant à préparer leur disparition ». En chœur avec La France insoumise et conformément à ce qu’attend son électorat, l’élu FN n’a pas de mots assez durs contre « les politiques d’austérité », les « schémas de rationalisation de services publics et autres cartes militaire, judiciaire ou hospitalière ».

Déserts médicaux : les prescriptions divergent

Quiconque prétend se préoccuper des territoires ruraux ne pourra faire l’économie d’une réflexion sur la présence territoriale de l’Etat. D’ailleurs aucun programme ne fait l’impasse sur la revitalisation des zones actuellement classées « déserts médicaux ». Même si aucun ne va jusqu’à entraver la liberté d’installation des ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous