publicité

 

Réagir
Revitalisation des centres-villes 01/03/2017

Trois mesures gouvernementales pour lutter contre la vacance commerciale

par Emilie Denètre
Centre-ville, la clé sous la porte © Flickr-CC-DirectionCentreVille

Orientation prioritaire du plan FISAC 2017 sur les centralités dégradées, remise à plat des commissions d'aménagement commercial et création d'un portail internet dédié pour aiguiller les élus. La secrétaire d'Etat en charge du Commerce et de l'artisanat n'est pas venue les mains vides aux premières assises dédiées à la question de la revitalisation des centres-villes.

Cet article fait partie du dossier:

A la reconquête des centres-villes

voir le sommaire

Voici un document qui n’aura pas eu le temps de prendre la poussière sur une étagère ministérielle ! Remis à Martine Pinville en octobre dernier, le rapport sur la revitalisation commerciale des centres-villes  réalisé par l’Inspection générale des Finances (IGF) et le Conseil général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD)  était au cœur des débats qui se sont tenus ce mardi 28 février à Bercy sur cette problématique de la vacance commerciale qui touche de nombreuses agglomérations.

De fortes disparités territoriales

Avec près d’un rideau commercial sur dix baissé en France, le constat dressé par l’IGF et la CGEDD montre que la situation ne cesse de se détériorer en France métropolitaine ces dernières années, notamment dans les centres-villes « des villes moyennes ».

« Certaines villes ont ainsi vu leur taux de vacance augmenter de 6 points entre 2011 et 2014 » note Julien Munch, l’un des auteurs d rapport, citant le cas de Béziers qui est la cité la plus touchée par le phénomène. Une dégradation qui semble en revanche épargner les plus grandes agglomérations.

Diminution des salariés dans les commerces de centre-ville

L’Insee qui a également travaillé sur cette question de la vitalité commerciale en cœur de ville, mais en axant son enquête sur l’emploi et le nombre de magasins, met en lumière les mêmes marqueurs, plutôt inquiétants.

 « Si l’évolution de l’emploi salarié dans les commerces de centre-ville est globalement resté stable ces dix dernières années (-1%), cette réalité cache de très fortes disparités territoriales : l’emploi salarié dans les commerces de centre-ville diminue dans près de 85% des aires urbaines de 20 000 à 200 000 habitants contre 30 % à peine dans les aires de plus de 500 000 habitants » détaille Corentin Trévien, économiste à l’Insee.

Pour l’institut des statistiques, il apparaît par ailleurs clairement qu’un glissement de l’emploi est en train de s’opérer du centre vers la périphérie, c’est-à-dire vers les zones commerciales en bordures des villes… La preuve : l’évolution des emplois salariés dans le commerce en dehors des centres-villes est, sur ces dix dernières années, positive dans toutes les aires urbaines, et cette fois-ci quelle que soit leur taille !

Le FISAC et une remise au pas des CDAC

Aussi, afin de faire face à cet enjeu crucial pour les collectivités, et en s’inspirant du rapport qui lui a été remis, Martine Pinville a donc annoncé aux élus locaux – nombreux dans la salle – la mise en place de «  trois dispositifs immédiats et concrets pour [les] accompagner dans [leurs] démarches de revitalisation commerciale des centres-villes » :

  1. L’orientation prioritaire en 2017 des appels à projets du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (FISAC) sur les centralités commerciales dégradées des « villes connaissant un fort taux de vacances ». Une enveloppe d’un million d’euros étant plus spécifiquement dédiée « au soutien des opérations de revitalisation commerciale faisant appel à une ingénierie public/privé innovants » ;
     
  2. Forte du constat d’un mauvais fonctionnement des commissions départementales d’aménagement commercial (CDAC) en charge d’examiner les projets commerciaux de plus de 1000 mètres carrés (90 % des projets sont actuellement acceptés, 60% d’entre eux sont ensuite retoqués en recours devant la Commission nationale), la secrétaire d’Etat a annoncé qu’une circulaire « aux préfets sera diffusée prochainement afin de leur rappeler les enjeux liés à l’équilibre du commerce, dans le respect des critères d’aménagement du territoire, de développement durable et de protection du consommateur » ;
     
  3. Enfin, Martine Pinville a annoncé la création d’un portail internet, http://www.coeurdeville.gouv.fr afin de permettre aux élus locaux de trouver en quelques clics les outils  (financiers, juridiques, etc.) à leur disposition, mais aussi les acteurs-clef pour mener leur politique de revitalisation. Une carte interactive, avec des liens, offre également la possibilité  de découvrir rapidement les modèles utilisés par les villes ayant réussi leur reconquête de leur centre-ville.

Bref, si le gouvernement essaie de rebattre les cartes en donnant « un meilleur jeu » aux élus locaux, nul doute sur le fait que le gros de cette partie se joue en réalité dans les territoires, autour des maires et des intercos et du portage politique qu’ils accordent à cet enjeu.

Les cinq leviers d’action donnés dans le rapport de l’IGF et du CGEDD

  1. Définir des stratégies locales pour le développement du commerce. Le rapport incitant les élus à s’emparer de ces questions dans le cadre des nouvelles compétences de la loi NOTRe, avec l’idée de trouver la bonne échelle d’action ;
  2. Avoir une meilleure organisation de l’offre commerciale avec le maintien des équilibres centres-périphérie en « jouant » sur les SCOT et les SRADET ;
  3. Organiser une bonne coordination des acteurs au niveau local avec le rôle essentiel à jouer dans les villes par les managers de centre-ville ;
  4. Penser un accompagnement des commerçants dans leur adaptation au commerce de demain, « l’idée étant d’inventer la proximité du futur, qui peut aussi être numérique » ;
  5. Organiser une mobilisation et une gestion du foncier commercial par la puissance publique en cas de défaillance du marché.

Sommaire du dossier

21 articles Lire le 1er article

Réagissez à cet article

  1. Bonjour
    Mon ami me disait  » savez vous qui a tué les commerçant ? les commerçants qui vont acheter dans les grandes surfaces  » On peut ajouter les ouvriers de l’industrie automobile qui roulent dans des voitures qui ne sont pas celles qu’ils fabriquent, les collectivités qui s’assurent auprès d’hydres hors de leur territoire

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous