publicité

 

Réagir
NOS CONSEILS 06/01/2017

Trier les biodéchets à la source sans surcoût

par Emmanuelle Lesquel
biodéchets-communauté-de-communes-de-lest-lyonnais-e1463731404495-1024x691

La chasse à la matière organique est ouverte. Composant un tiers des poubelles des ménages, les restes alimentaires, aujourd'hui très peu valorisés, sont l'objet de beaucoup d'attention de la part du législateur. La loi Grenelle de 2010 a ainsi imposé la collecte séparée de ces biodéchets chez les gros producteurs. Et la loi de transition énergétique de 2015 prévoit un tri à la source généralisé d'ici 2025. Nos conseils pour mettre en place ce tri sans faire flamber les coûts.

1. Raisonner globalement sur les coûts et les bénéfices

Le tri à la source des restes alimentaires des ménages peut à première vue juste ressembler à une contrainte. D'autant qu'il n'existe pas, contrairement aux emballages, de mécanisme de responsabilité élargie des producteurs (REP) pour aider à couvrir les coûts induits. Aujourd'hui, 9 % seulement de la population française est déjà couverte par une collecte séparée des biodéchets, contre 99 % pour les emballages. 8 millions de tonnes de fermentescibles résiduels finissent ainsi chaque année dans les ordures ménagères résiduelles (OMR). Pourtant, en raisonnant de façon globale, les collectivités qui se sont lancées dans le tri à la source constatent que la démarche présente, en plus de répondre à la future réglementation, de nombreuses ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous