publicité

 

Réagir
Entretien - Transparence de la vie publique 25/01/2017

« Il n’y a pas davantage d’élus malhonnêtes aujourd’hui qu’hier »

par Hugo Soutra
Philippe Gosselin, député LR de la Manche

337 élus locaux ont été poursuivis en justice, et certains condamnés, en 2014, comme le rapporte le SCPC, un service du ministère de la Justice bientôt remplacé par l’Agence nationale anticorruption. Soit deux fois plus en moyenne que sur le mandat précédent. Le manque de probité est le plus souvent en cause. Co-rapporteur de la mission d'information sur le statut de l'élu, le député-maire (LR) de Remilly-sur-Lozon (Manche) Philippe Gosselin réagit à ces derniers chiffres.

Cet article fait partie du dossier:

La transparence de la vie politique

voir le sommaire

Comment expliquez-vous l’accroissement du nombre d’élus mis en cause et condamnés pour des affaires de probité ?

Sans vouloir minimiser l’intérêt du travail du Service central de prévention de la corruption (SCPC), le nombre d’élus condamnés pour prise illégale d’intérêts augmente peut-être, mais n’en reste pas moins infinitésimal. Et donc peu significatif ! Que l’on se comprenne bien : je ne relativise rien, d’autant plus que le nombre d’élus condamnés a beau être quantitativement faible, il fait énormément de dégâts sur le plan qualitatif… Les Balkany et Jérôme Cahuzac n’ont eu que ce qu’ils méritaient. Impossible, pour autant, d’affirmer, sur la base du rapport du SCPC, qu’il y a aujourd’hui davantage d’élus malhonnêtes qu’il y a dix ans. Ces statistiques témoignent de l’exigence nouvelle de la société civile sur le plan de la transparence de la vie politique et de l’état d’abnégation d ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Réagissez à cet article

  1. Je ne partage pas le point de vue de M. Gosselin.
    Tout est question de l’objet dont on parle et c’est un peu l’histoire de l’iceberg.

    Ce sont les élus qui votent les lois auxquelles ils vont être soumis et qui sont beaucoup plus modérées que la règle générale appliquée au Peuple.

    tant qu’il n’y a pas de règle, il va de soi qu’il n’y a pas d’élu malhonnête.
    En fait il faudrait faire simple: tout le monde soumis aux mêmes règles.
    On est encore loin du compte!

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous