publicité

 

Réagir
Privatisation de la ville 02/01/2017

Partenariat dévoyé : panne dans la fabrique urbaine

par Hugo Soutra
Construction de logements, Nancy © Flickr-CC-A.Prévot

La rigueur imposée au secteur public local le pousse à chercher de nouvelles solutions pour ses opérations d'aménagement. Les collectivités locales n'hésitent plus à recourir au secteur privé. Mais, alors que les logiques financières à l'œuvre sont susceptibles de menacer l'idée de ville mixte que les élus sont censés défendre, certains tentent de bouger les lignes des contrats passés avec les grands ensembliers.

Le temps où l'Etat central fabriquait la ville, seul depuis sa tour d'ivoire, est révolu. Les élus locaux, qui ont cassé son monopole voici plusieurs décennies, ne peuvent, eux-mêmes, plus se permettre de tourner le dos au privé. Désormais, architectes-urbanistes, investisseurs, bâtisseurs et promoteurs immobiliers n'hésitent plus à faire équipe, faisant considérablement gagner en consistance leur offre de services. « Nous ne nous contentons plus d'un simple rôle de prestataire », reconnaît Jean-Luc Poidevin, le PDG de Villes & Projets, une filiale de Nexity capable de coproduire des quartiers entiers - de la genèse à la livraison, voire à l'exploitation.Vu le coût de « reconstruction de la ville sur la ville », conjugué à l'impopularité de toute hausse d'impôts ou réduction de ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous