publicité

 

Réagir
parité 05/10/2016

L’exercice du « mandat au féminin » sous les projecteurs

par Aurélien Hélias
JNFE2015cClemence_Herout-M308 © EluesLocales

Les 4 et 5 novembre auront lieu à Paris les Journées nationales des femmes élues sous le haut patronage du chef de l’Etat et en partenariat avec Le Courrier des maires. L’occasion pour l’association EluesLocales de mettre en lumière les spécificités d’un « mandat au féminin ». Mais aussi de susciter l’échange entre élues sur des défis rencontrés… par l’ensemble de la classe politique locale.

 

Une seule femme parmi les sept candidats de la primaire de la droite pour l’élection présidentielle, la France à la 60e place du classement international de la parité à l’Assemblée nationale, seulement 8% de présidentes d’intercommunalité et 16% de femmes maires… plus que jamais, la nécessité de favoriser l’engagement des femmes dans la vie politique, nationale comme locale, se fait jour à l’examen des très mauvais résultats de la France en matière de parité dans les mandats politiques.

C’est justement le sens de l’action de l’association EluesLocales qui organise les 4 et 5 novembre les Journées nationales des femmes élues.

« Savoir se préserver en politique »

« Un programme pédagogique riche, dédié à l’exercice du mandat au féminin », avance l’association. Sont ainsi prévus des retours d’expériences de femmes politiques de divers horizons : Assita Kanko, élue belge, Marieme Baba Sy, députée Mauritanienne et Najia Ben Abdelhafidh, parlementaire tunisienne témoigneront ainsi de leurs parcours autour de Réjane Sénac, chercheuse à Sciences Po.

Autre temps d’échange dédié au « mandat au féminin » : la conférence « Savoir se préserver en politique », un principe nécessaire au bon exercice du mandat, « sans s’essouffler avant la fin », selon l’association d’élues.

La ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, est également attendue le 5 novembre pour une intervention sur la place des femmes en politique.

Le ministre de l’Intérieur, qui a autorité sur la direction générale des collectivités locales, Bernard Cazeneuve, et la secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales, Estelle Grelier, qui a plusieurs fois témoigné du machisme dans la vie politique française, doivent également intervenir. 

Des expertes sur les défis de tout élu local

Reste que l’association d’élues ne souhaite pas se cantonner à des sujets exclusivement liés à la parité dans les mandats politiques ou aux spécificités des parcours politiques des élues.

D’où une série d’ateliers et de conférences qui portent sur les défis et les problématiques qui sont ceux de tout élu local : respect du principe de laïcité, bonne application de la réforme territoriale, statut de l’élu, droits de l’opposition, dialogue avec les agents territoriaux, clés pour présenter son bilan de mi-mandat, pratiques de démocratie participative… avec bien sûr des expertes, lesquelles n’ont rien à envier à leurs homologues masculins qui trustent bien plus souvent les plateaux des chaines de télévisions d’info en continu. 

Réagissez à cet article

  1. il commence mal cet article, certainement trop habitués à écrire « élus » au masculin vous avez fait une faute d’accord dans le texte de présentation, Lapsus?

    • Effectivement, une coquille malvenue corrigée à l’instant! merci pour votre attention.
      Pas de lapsus, mais effectivement l’habitude d’évoquer de manière indifférenciée élus et élues, qui font le même « job ».
      Bien à vous,
      la rédaction.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous