publicité

 

Réagir
Centre-ville 19/05/2016

Commerces de centre-ville : développer les politiques et les outils du renouveau

par Martine Kis
Commerces de centre-ville : l’heure du renouveau ? © Flickr-CC-JL.Zimmermann

Les prochaines Assises nationales du centre-ville, à Rennes, les 9 et 10 juin prochains, vont présenter une série d’outils et de démarches qui doivent permettre aux villes petites et moyennes d’œuvrer au renouveau de leur centre-ville. Pour la première fois, un « Centre-ville dating » mettra directement en relation élus et enseignes.

« Nous ne voulons plus parler de rénovation, de redynamisation du centre-ville. Nous avons banni ces mots de notre vocabulaire : les centres-villes ne sont pas morts. Nous parlons de leur renouveau », déclare Bernard Reynes, député-maire de Châteaurenard (13), vice-président de Centre-ville en mouvement, lors d’une conférence de presse, le 18 mai.

L’état de santé des centres-villes reste une préoccupation et une priorité pour la plupart des villes moyennes(1) et des bourgs centres. Mais l’Association centre-ville en mouvement, qui organise les 11es Assises nationales du centre-ville à Rennes, les 9 et 10 juin, sur le thème « Pour un centre-ville intelligent », se veut résolument constructive.

« Centre-ville dating »

Ainsi, bien souvent, les élus ne savent comment contacter les enseignes dont ils souhaiteraient qu’elles s’installent chez eux. La veille des Assises, le 8 juin, sera donc organisé un « Centre-ville dating ».

Une trentaine d’enseignes s’y présenteront aux élus, qui pourront donc les rencontrer en direct. « Ceci est positif aussi pour les enseignes qui, bien souvent, ne rencontrent que les bailleurs et ne sont pas au courant des projets de la municipalité », explique Pierre Creuzet, directeur de l’association.

Pour des rencontres efficaces, les élus doivent au préalable connaître leur terrain, avec l’aide de la chambre de commerce, des associations de commerçants, de leur manager de centre-ville.

Innovation

Les débats des assises mettront en avant toute la dimension innovante du commerce avec de nouveaux concepts qui attirent la clientèle en ville : imprimantes 3D qui permettent de recréer des bijoux, des pièces détachées ; fermes de ville proposant du bio ; boutiques éphémères qui permettent de renouveler rapidement l’offre, ou d’alterner entre un chocolatier et un café selon les saisons…

Approche globale

Toute la créativité commerciale ne peut rien si le contexte urbain n’est pas prêt à l’accueillir. C’est pourquoi, insiste Bernard Reynes, l’approche des collectivités doit être globale.

Il donne l’exemple de sa propre action à Châteaurenard. Cette ville de 16 000 habitants, à 5 km d’Avignon, dans la région la mieux équipée en grande surface, a eu besoin de 15 à 20 ans pour remonter la pente.

Pour cela, l’artillerie lourde aura été utilisée : architecture du centre-ville entièrement reprise, avec une rénovation des façades financée à 60% , voirie réaménagée, parking souterrain de 400 places gratuites créé, droit de préemption commercial mis en œuvre, ville construite sur la ville pour ramener de la population, revitalisation de l’association de commerçants, création d’un poste de manager de centre-ville, installation de 150 caméras de vidéosurveillance pour lutter contre le sentiment d’insécurité… « Il faut tout un faisceau d’action », résume le maire.

Convention centre-ville de demain

Mener une politique aussi ambitieuse est souvent difficile pour des maires de villes petites ou moyennes. A leur intention, la Caisse des dépôts a créé une convention Centre-ville de demain afin d’accompagner les projets de dynamisation des villes moyennes.

Cette démarche est testée sur 10 villes(2). « Les enseignes viennent là où existe une dynamique, constate Michel-François Delannoy, expert projets territoriaux complexes à la Caisse des dépôts. Il faut travailler sur la population, la mobilité des personnes et des marchandises, les connections numériques, les fonctions de centralités. Il faut accompagner les mutations des fonctions du centre-ville, et probablement travailler sur un centre-ville plus resserré. »

Note 02:

Cahors, Châlons-en-Champagne, Flers, Lunéville, Miramas, Montluçon, Nevers, Perpignan, Valence, et Vierzon. - Retourner au texte

Réagissez à cet article

  1. Le commerce centre ville est moribond grace à la politique des élus de tous bords qui n’ont pas à chercher une place, prendre un PV, porter des colis, tomber sur des boutiques en horaires décalés et j’en passe!!Pour faire du commerce il faut 3 conditions
    1 Parking
    2Parking
    3Parking

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous