publicité

 

Réagir
Entretien - Métropolisation 31/03/2016

« Tous les habitants de la métropole doivent bénéficier de la solidarité de la ville centre »

par Nathalie Coulaud
Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de la métropole Nantes Saint-Nazaire © Flickr-CC-ECF

Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de la métropole Nantes Saint-Nazaire, plaide pour les territoires ruraux et périurbains à l’heure de l’élaboration du PLU intercommunal de l'agglomération nantaise. Soucieuse de mettre en place une solidarité de la ville centre qui favorise l'adhésion à la métropole, elle ne renonce pas pour autant au projet controversé de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, nécessaire selon elle à la « grande région » ouest.

Courrierdesmaires.fr. Les collectivités sont fortement incitées à mettre en place des schémas de cohérence territoriale (Scot) ? Où en êtes-vous de cette démarche ?

Johanna Rolland. Notre Scot est en cours d’approbation après 18 mois de travail et comprend six intercommunalités. La concertation avec le public est close.

Elle a été menée très largement à la fois par internet, par des réunions publiques et par des soirées contributives où le public pouvait construire le projet de Scot sur tout ce qui concerne l’habitat et la vie sociale, l’économie, l’emploi, la mobilité, mais aussi la transition énergétique.

Ce travail a été fructueux et complète le plan local d’urbanisme intercommunal qui est élaboré à l’échelle de la métropole.

 

Notre vision [du PLUI] n’est pas seulement de gérer l’utilisation des sols, mais aussi de renforcer l’attractivité de notre territoire pour les entreprises.

 

Vous mettez donc en place un plan local d’urbanisme intercommunal ?

J. R. Nous sommes très favorables à un travail à l’échelle intercommunal et, contrairement à de nombreuses collectivités en France, cette habitude est enracinée depuis longtemps dans notre territoire.

Le plan local d’urbanisme intercommunal recoupe l’échelle métropolitaine et son élaboration a été décidée en 2014. Il permet la révision des 24 PLU du territoire et relève de 4 principes sur lesquels repose notre projet d’aménagement et de développement durable (PADD) : une métropole solidaire, dynamique, mobile, et qui prépare le cadre de vie pour les générations futures.

Ce PLU devrait entrer en vigueur en 2018. Notre vision de ce document d’urbanisme n’est pas seulement de gérer l’utilisation des sols, mais aussi de renforcer l’attractivité de notre territoire pour les entreprises. Voilà pourquoi, outre les communes et le public, la CCI collabore activement à l’élaboration du PLU.

 

La loi Mapam du 27 janvier 2014 a mis en place des métropoles obligatoires pour certains territoires dont celui de Nantes Saint-Nazaire. Comment cette démarche se passe-t-elle ?

J. R. Nantes, Saint-Nazaire et les villes qui composent notre aire métropolitaine ont anticipé cette démarche par leur travail en commun et nous avons le sentiment que la loi Mapam a été un peu calquée sur la réalité de notre territoire.

Un conseil aux métropoles qui se mettent en place : pour que la démarche fonctionne bien, il faut d’abord que les villes centres travaillent au profit des territoires ruraux et périurbains afin de leur apporter des services qu’elles ne pourraient pas avoir seules.

Il est très important de mettre en place cette solidarité si on veut que tout le monde adhère à la métropole.

 

La cohésion passe aussi par la consultation régulière des territoires, ce que nous faisons au travers des conseils des maires tous les mois pour faire le point et faire évoluer les projets communs.

 

Comment faites-vous pour faire passer le message auprès des élus locaux?

J. R. Notre discours de solidarité est très clair et fréquemment réitéré de façon à ce que les villes qui composent la métropole n’aient pas le sentiment d’être avalées par la ville centre.

Celle-ci a tout de même un statut particulier et d’ailleurs, dans notre plan local d’urbanisme intercommunal, il est prévu qu’un plan de sauvegarde et de mise en valeur se substitue au PLU.

Mais l’idée sous-jacente est que la ville centre, avec ses richesses, appartient à tout le monde et que tous les habitants du territoire métropolitain doivent pouvoir en profiter.

La cohésion passe aussi par la consultation régulière des territoires, ce que nous faisons au travers des conseils des maires tous les mois pour faire le point et faire évoluer les projets communs.

 

Où en êtes-vous du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes?

J. R. Les élus de la métropole Nantes Saint-Nazaire sont très favorables au transfert de l’aéroport de Nantes vers Notre-Dame-des-Landes. L’attractivité économique de notre région, son désenclavement passent par cet aéroport qui doit positionner l’ouest comme une grande région.

Il est prévu un partenariat public-privé de façon à ce que cela ne pèse pas trop sur les finances publiques. Les emplois créés devraient se situer aux alentours de 3 000 et le dynamisme de la région sera largement renforcé. Nous espérons que ce projet aboutira.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous