publicité

 

Réagir
Citoyenneté 09/03/2016

La lutte contre l’incivisme, une priorité pour la ville de Cannes

par Martine Kis
David Lisnard, maire de Cannes, présentant à la presse le dispositif de vidéoprotection © cannes.com

Le maire de Cannes, David Lisnard, a fait de la lutte contre les incivilités une priorité de son mandat. L’Association des maires de France l’a invité à en présenter la mise en œuvre.

Cannes a décidé de lutter contre l’incivisme. Et l’Association des maires de France a décidé de mettre en valeur cette initiative, en la présentant dans ses locaux, avec le maire de Cannes David Lisnard, le 8 mars. David Lisnard, qui a fait de cet « enjeu majeur », « la cause municipale de [s]on mandat ».

Les incivilités, consécutives à l’incivisme de certains habitants, regroupent aussi bien les jets de détritus et d’encombrants que les déjections canines, tapage nocturne, affichages sauvages etc. Leur coût est important pour la collectivité.

Cannes estime ainsi que, sur une année, les déchets laissés sur le carreau des marchés lui reviennent à 520 000 euros. Le ramassage quotidien des déjections à 467 000 euros.

En novembre 2013, lors de sa campagne électorale pour les municipales, David Lisnard prenait l’engagement de faire de la lutte contre l’incivisme la grande cause de son mandat.

Une politique mise en place avec trois volets : répressif, préventif et appropriation.

Répression

Avec 200 agents, Cannes possède l’une des plus anciennes et nombreuses polices municipales de France. Il est vrai que la ville accueille nombre de grands événements dont le Festival de Cannes. Au cœur de ses missions : la proximité et la lutte contre l’incivisme, avec une réorganisation des effectifs et de leur fonctionnement en fonction de ces objectifs.

Ainsi, les différents secteurs de la ville sont régulièrement contrôlés qu’il s’agisse de la sécurité, du respect des terrasses, des revêtements de voirie, mais aussi des contrôles antibruit, de la lutte contre les squats.

Depuis septembre 2014, des 18 « référents qualité de vie », chefs de poste de police de proximité et leurs adjoints ont été mis en place, progressivement associés à des personnes de la propreté, un représentant de la hiérarchie administrative et des riverains.

Ces patrouilles circulent depuis le printemps 2015, en civil, afin de prendre en flagrant délit les auteurs d’incivilités, en accord avec le procureur de la République. Et le nombre de PV suit : depuis avril 2014 la ville recense 1 474 PV pour vente ambulante, 1 296 pour jets de détritus et crachats, 1 019 pour affichage sauvage.

Prévention

Une campagne de communication intensive intitulée « Stop aux incivilités #RespectCannes » a été diffusée en cinq langues (français, anglais, italien, russe, arabe) sur les panneaux d’affichage de la ville et via le site internet dédié à la « lutte contre l’incivisme »(1).

Le 2 mars dernier, un nouveau volet de la campagne a été lancé avec de nouveaux visuels dénonçant d’autres incivilités. Des ateliers contre l’incivilité sont assurés dans les écoles par la police municipale, sur le temps scolaire. L’une des thématiques du projet éducatif territorial est d’ailleurs la lutte contre l’incivisme.

Au-delà, diverses initiatives sensibilisent les enfants à la préservation de l’environnement, mais aussi à la philosophie, selon un concept venant du Canada. L’objectif est d’apprendre aux enfants à écouter, à prendre la parole et à argumenter en les encourageant à s’interroger, à penser, à distinguer un argument valide d’une banale opinion, à s’exprimer avec clarté après réflexion et accepter de prendre en compte l’avis des autres.

Autre principe préventif : faire prendre en charge la réparation pour le responsable, par le biais du travail d’intérêt général (TIG). Ainsi, plusieurs personnes sous-main de justice ont été accueillies en 2015 dans divers services de la ville, soit 4 700 heures. L’équivalent de 3 temps plein.

Appropriation

Pour faciliter le passage « du civisme à la citoyenne », la ville s’appuie sur différents outils :

  • une application, « Cannes civique », qui permet de signaler les incidents sur l’espace public ;
  • le dispositif des citoyens vigilants, lancé à la suite des attentats de Paris ;
  • des opérations bénévoles de nettoyage des ports et fonds marins.

Quels résultats ? En 2005, 63 000 m² ont été traités pour un coût de 560 000 euros. En 2015, 3 281 m² ont été traités pour un coût de 28 000 euros. Quant au tonnage récolté lors du nettoyage des fonds marins il est passé de 19 680 tonnes pour l’hiver 2011/2012, lors de la première campagne, à 4 500 tonnes au printemps 2015, lors de la 4e campagne.

Réagissez à cet article

  1. Je suis d’accord avec vous sur tous les points surtout concernant le ramassage des déjections canines puisque (en plus) vous mettez des sacs à la disposition des propriétaires de chiens. Par contre je pense qu’il y a un autre problème ce sont les chiens gros ou petit non tenus en laisse (pour certain gros sans muselière) en ville !!! c’est extrêmement dangereux, nous nous sommes faits agresser au mois d’août dernier à la terrasse d’un restaurant avec des suites compliquées.

  2. Bonjour, Tous les Vendredis soir ou Samedi soir des jeunes viennent mangent sur les bancs et laissent leurs poubelles éclatées sur les trottoirs, tout cela reste tous les Week end..?? Est ce bien normal, Merci à Vous Patrick Waldmann

  3. Bonjour,
    Bravo à notre Maire de Cannes pour cette campagne de remise à niveau des valeurs civiques dans cette ville si prestigieuse.
    Que tous les Maires de France adoptent le même combat.
    Faire payer les auteurs d’incivilités est juste et si seulement ça pouvait financer les dégâts qu’ils engendrent tous les jours.
    Viove Cannes.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous