publicité

 

Réagir
Les nouveaux présidents de région 25/01/2016

Carole Delga, l’emploi et la citoyenneté comme étendards de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

par Aurélien Hélias
Delga_election

Carole Delga, Laurent Wauquiez, Alain Rousset, Hervé Morin, Marie-Guite Dufay, Philippe Richert, et Xavier Bertrand sont depuis le 4 janvier les présidents des sept nouvelles grandes régions issues de la réforme territoriale. Aujourd’hui, dernier épisode notre série de portraits avec la présidente du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Carole Delga, qui compte sur un « Plan Marshall » régional pour relancer l’emploi et de multiples consultations populaires pour asseoir la légitimité de cette région aux 4 565 communes.

Toulouse puis Montpellier. Les hymnes occitan et catalan « Se canto » et « L’estaca ». Deux dates différentes. Plus que jamais, le caractère bicéphale de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a été symbolisé par une double séance de vœux début 2016, à 24 heures d’intervalle les 21 et 22 janvier, de la première présidente de la grande région, Carole Delga.

L’occasion pour l’élue de rappeler ce qui a été fait en un peu moins de trois semaines : « Premières réunions de travail avec les départements, valorisation des projets régionaux structurants auprès du gouvernement, vote des dispositifs budgétaires indispensables aux premiers investissements, gouvernance renouvelée ou encore exemplarité des élus… Comme je m’y étais engagée, il n’y aura pas d’année blanche !  »

Deux métropoles et 13 départements à gérer

Car la députée de la 8e circonscription de la Haute-Garonne avait été élue à la tête de l’exécutif dès le 4 janvier. Seule femme nouvellement élue à la tête d’une région métropolitaine XXL issue de la nouvelle carte (Marie-Guite Dufay dirigeait déjà la Franche-Comté avant d’être « réélue » à la tête d’une collectivité élargie à la Bourgogne), Carole Delga a ainsi succédé aux socialistes Martin Malvy (Midi-Pyrénées) et Damien Alary (Languedoc-Roussillon).

L’ancienne secrétaire d’Etat à l’Artisanat et au Commerce a été élue par 89 voix (son groupe compte 93 sièges) sur un total de 158 conseillers régionaux

Avec un territoire régional très étendu – « 4565 communes, 2e région la plus grande de France, plus vaste à elle seule, que 13 des 28 pays de l’Union européenne », a rappelé Carole Delga le 4 janvier – , et donc 13 départements, deux métropoles mais aussi des territoires très ruraux et de montagne, la gouvernance territoriale de la région constitue un important défi.

La présidente a d’ailleurs cité comme l’une des faiblesses de la nouvelle grande région « les inégalités territoriales ». Toutefois, le territoire peut compter sur 50 000 nouveaux habitants chaque année, « soit l’équivalent d’une ville comme Narbonne ou Albi », a souligné l’ex-maire de Martres-Tolosane (31).

« Décider collectivement des filières à soutenir »

Autre faiblesses avouées de la région : « La disparité des revenus, les inégalités territoriales, la précarité qui s’est installée, et un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale ». Raison pour laquelle l’ancienne secrétaire d’Etat compte faire de l’emploi l’une de ses deux grandes priorités.

« Je mettrai ainsi en place un Plan Marshall pour l’emploi à destination des entreprises du BTP de notre région avec une enveloppe pour 2016 de 800 millions d’euros sur l’ensemble du territoire », a-t-elle ainsi annoncé.

L’élue espère en faire « un levier sur lequel peuvent s’appuyer d’autres collectivités pour, elles aussi, lancer des investissements conséquents ». D’où sa série de rencontres avec les 13 présidents de département

A plus moyen terme, Carole Delga veut consulter « les collectivités locales, les forces vives de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées pour élaborer avec elles un schéma de développement économique, un schéma de formation professionnelle et d’apprentissage, au plus près des besoins ».

Devrait s’ensuivre une « conférence régionale pour l’emploi et la croissance » afin de « décider, collectivement et sans tabous, les filières à soutenir, les filières à accompagner, les filières à créer pour garantir le développement de notre région et l’emploi dans les décennies à venir ».

Consultations populaires en vue

Deuxième priorité pour la présidente d’exécutif, « la citoyenneté », principalement en matière de consultations de la population sur les « grandes décisions qui concernent leur vie, leur région ».

« Avant les Etats généraux du rail qui permettront aux usagers, aux élus de débattre et décider ensemble du futur schéma régional ferroviaire en matière de trains du quotidien ou des lignes à grande vitesse, je vais lancer une première grande consultation populaire pour désigner le nom de notre future région », a ainsi confirmé la députée.

Enjeu : trouver un nom « qui sera notre étendard, notre identité, notre ambition, notre signature ».


Enfin, Carole Delga intègre dans cette priorité donnée à la citoyenneté les enjeux « de laïcité, d’égalité homme/femme ou de lutte contre toutes les discriminations », mais aussi « l’éducation et la culture ». 

Réagissez à cet article

  1. Et Valérie Pécresse, elle n’est pas  » femme nouvellement élue à la tête d’une région métropolitaine  » ?

    • effectivement! La faute à une coquille puisqu’il s’agissait d’indiquer que Carole Delga était la seule femme à être nouvellement élue à la tête d’une nouvelle grande région issue de la réforme territoriale.
      Merci pour votre vigilance,
      la rédaction du Courrier des maires.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous