publicité

 

Réagir
Participation 12/01/2016

La « journée citoyenne » aura lieu le 28 mai

par Martine Kis
Sous le préau, la devise républicaine © Flickr-CC-C&H.Graf

Lancée en 2008 dans une commune alsacienne, la journée citoyenne rassemble aujourd’hui population, territoriaux, entreprises de plus de 200 communes pour, ensemble, améliorer le cadre de vie. L’AMF, avec le partenariat de l’Odas, a consacré le 28 mai « journée citoyenne », en espérant qu’un nombre croissant de communes rejoindront la démarche.

Le 28 mai sera désormais la « journée citoyenne ». « Cette initiative, partie d’une commune, se développe sur tout le territoire et l’AMF veut en assurer la visibilité », déclare François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF), lors de la présentation de cette journée, le 12 janvier.

L’idée de base de cette journée est de permettre aux citoyens, tous les citoyens, habitants, professionnels, territoriaux, engagés ou non, de réaliser, ensemble, un ou plusieurs projets d’amélioration du cadre de vie.

Berrwiller lance l’idée en 2008

C’est en 2008, à Berrwiller (1 200 habitants, Haut-Rhin), qu’est née cette idée. « Nous avons alors constaté l’insuffisance des liens sociaux, une société repliée sur elle-même, des nouveaux habitants mal intégrés », se souvient Fabian Jordan, le maire.

Est alors venue l’idée d’une journée citoyenne à laquelle chacun peut participer selon ses possibilités. « Il faut passer du stade d’une population de consommateur à une population active. Le point central de la journée de la citoyenneté est de fédérer les énergies positives. » A ce jour, plus de 200 communes, dans 45 départements, ont suivi l’exemple de Berrwiller.

Entreprises locales partenaires

Les habitants proposent leurs projets, avec les conseils de quartier. Il peut s’agir de la remise à neuf de la cour d’école, d’aménager le parvis de l’église, de nouveaux rideaux pour l’hôtel de ville… Les services municipaux préparent les chantiers en amont de façon à ce qu’ils puissent être achevés en une journée. Les entreprises locales sont également partenaires. « C’est la collectivité qui se met à la disposition des citoyens », résume le maire.

« Cette journée permet de générer des marchés. Le montant des marchés publics a été multiplié par trois depuis 2008. Cette dynamique pousse à des réalisations qui ne seraient pas faites sans cet engagement citoyen. Par exemple un local intergénérationnel », explique Fabian Jordan qui apprécie les liens nouveaux créés entre les habitants, les élus, les services, les communes…

Une triple dimension

Selon Didier Lesueur, directeur général de l’Observatoire national de l’action sociale (Odas), partenaire de la journée et qui a expertisé la journée dès 2009, ce type d’action a trois dimensions : économique, relationnelle et identitaire. « Cette initiative définit autrement les rapports des habitants avec les biens communs, et avec les élus », souligne-t-il.

Le site Journée citoyenne(1) met à disposition des collectivités intéressées tout un matériel : guide pratique, exemples d’affiches, présentation du réseau, etc.

François Baroin, dont la ville de Troyes rejoindra le mouvement dès cette année, souhaite que les collectivités, au-delà de la journée du 28 mai, « déclinent tout au long de l’année des initiatives de ce type ».

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous