publicité

 

Réagir
Politique de la ville 03/11/2015

La « Garantie jeunes » dans les quartiers prioritaires : un premier bilan du CGET

par La rédaction
Jeunes, emploi © Phovoir

72 départements expérimentent à ce jour la Garantie jeunes, dispositif d’insertion et d’accompagnement vers la vie active. Avec pour objectif d’atteindre 100 000 bénéficiaires en 2017, dont 21 % de jeunes résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) fait le point sur le déploiement de ce dispositif visant à lutter contre les inégalités dans l’accès à l’emploi et à lever les obstacles auxquels font face les jeunes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Dans sa dernière publication « En bref » diffusée le 28 octobre, le Commissariat général à l’égalité des territoires fait le point sur l’avancée dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la Garantie jeunes.

A lire. La publication du CGET: « Le déploiement de la garantie jeunes dans les territoires, une opportunité pour les jeunes des quartiers prioritaires ».

 

L’occasion de faire un premier bilan chiffré du déploiement territorial de ce dispositif :

  • 75% des départements métropolitains (72 sur les 96) expérimentent à ce jour la Garantie jeunes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Seul le département de la Lozère n’accueille pas de QPV sur son territoire.
  • 20 000 jeunes ont intégré le dispositif Garantie jeunes au 30 juin 2015. Celui-ci prévoit un accompagnement à dimension collective avec un « sas de remobilisation », un accompagnement personnalisé pendant 1 an et une multiplication des mises en situations professionnelles, le tout encadré par les Missions locales.
  • 12,5% des 18-25 ans n’étant ni dans l’emploi ni en formation résident dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
  • 21% de bénéficiaires de la Garantie jeunes résidant en quartier prioritaire : c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement pour prendre en compte la proportion des jeunes sans emploi ni formation et en situation de grande précarité, soit 30% des 18-25 ans dans les QPV.
  • 461 euros : le montant de l’allocation forfaitaire mensuelle de la Garantie jeunes à laquelle peut s’ajouter l’aide au logement.
  • 230 conseillers dédiés doivent être mobilisés par Pôle emploi pour accompagner les bénéficiaires de la Garantie jeunes dans les agences situées en QPV ou à proximité afin de favoriser l’accès à une première expérience professionnelle. 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous