publicité

 

Réagir
Bibliographie 26/08/2015

Paysages et architectures viticoles dans l’estuaire de la Gironde

par Martine Kis

Depuis l’Antiquité, le paysage viticole a façonné l’espace de l’estuaire de la Gironde. Un ouvrage, richement illustré, montre le lien profond entre un terroir, son exploitation et des pratiques agricoles.

Immuable et changeant malgré tout, le paysage viticole constitue l’identité profonde de l’estuaire de la Gironde. Margaux, Saint-Estèphe, Château Lafite Rothschild, Blayais… autant de dénomination prestigieuse issues d’un territoire qu’elles ont en retour façonné depuis l’Antiquité.

Comme le montre l’ouvrage consacré à l’estuaire de la Gironde par l’Inventaire général du patrimoine culturel, derrière la rigueur des alignements du vignoble, nulle monotonie.

Une mer verte et de grands vaisseaux, les domaines

Les soubresauts de l’histoire comme les contraintes de la morphologie et de la géologie ont façonné des terroirs bien identifiés. Comme la mer, jamais lointaine, la vigne constitue des nappes, des avancées, des coulées, elle s’insinue dans le tissu bâti, transforme une tour en phare, s’installe comme un lac dans une plaine, dévale les flancs d’un coteau. De cette mer verte émergent, comme de grands vaisseaux, les domaines, dont l’architecture fait l’objet d’une subtile analyse.

La très riche iconographie de l’ouvrage détaille, sans discours superflu, le lien entre le bâti et le paysage, excellente pédagogie du regard. Elle démontre la valeur des architectures les plus simples, pour peu qu’elles dialoguent avec le vignoble. Comme ce très simple alignement de logis agricoles qui répond au rythme des piquets des pieds de vigne.

Des réseaux du négoce à l’œnotourisme

Autre élément de la grammaire du paysage, les réseaux constitués par le négoce du vin : voies navigables, chemin de fer, ports, atouts pour la prospérité économique de l’estuaire.

L’ouvrage présente ensuite les bâtiments de vinification ainsi que les demeures, châteaux ou maisons seigneuriales. Les grands propriétaires font des chais un laboratoire de l’innovation viticole, une tendance qui ne s’est jamais interrompue jusqu’à nos jours. Au point que le lien entre architecture et patrimoine viticole se rompt avec l’installation de cuves en inox en extérieur – qui fait ressembler les caves à des lieux de stockage énergétique.

Quant aux demeures elles reflètent le pouvoir et les ambitions de leurs grands propriétaires. Qui, aujourd’hui, pour certains, continuent à enrichir le patrimoine de l’estuaire en faisant appel aux plus grands architectes, et organisent une mise en scène théâtrale des caves. Rappelant ainsi l’enjeu économique non seulement de la production viticole, mais de l’œnotourisme pour la région.

Références

  • « Estuaire de la Gironde : paysages et architectures viticoles », collection Images du patrimoine, Editions Lieux Dits, 2015. Ouvrage réalisé par la région Aquitaine et le département de la Gironde, avec le concours de la région Poitou-Charentes. Auteurs : Alain Beschi, Claire Steimer, avec la collaboration de Caroline Bordes, Jennifer Riberolle et Yannis Suire. 192 pages, 500 images, 25 €.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous