publicité

 

Réagir
Citoyenneté 15/04/2015

Les communes ne valorisent pas assez l’engagement de leurs concitoyens

par Marion Esquerré
Citoyens en marche © Flickr-CC-ScopLaPéniche

Une première enquête menée par l'association Empreintes citoyennes auprès des communes révèle l'importance que celles-ci attachent à l'engagement de leurs habitants, mais aussi leur incapacité à le promouvoir efficacement, à des fins d'exemplarité.

La toute jeune association « Empreintes citoyennes »(1) qui a vocation à accompagner et soutenir les communes dans leur démarche de promotion de la citoyenneté, a publié le 8 avril et remis à différents cabinets ministériels les résultats de sa première enquête « Citoyenneté et territoires ».

Ce travail mené auprès d’élus et agents territoriaux de 247 municipalités, du petit village de 67 habitants à la très grande ville de 480 000 habitants(2), devrait être reproduit chaque année, pour constituer un baromètre de la citoyenneté. Mais pour l’heure, cette première enquête porte une ambition : sensibiliser les élus, à commencer par ceux qui ont répondu au questionnaire, à la nécessaire promotion de la citoyenneté dans leur commune.

Les communes responsables de « l’émancipation citoyenne »
Pourquoi seulement les communes ? Julien Goupil, président-fondateur d’Empreintes citoyennes explique : « La citoyenneté se développe d’abord à l’échelle de la commune. Lorsqu’une personne s’engage, que son investissement soit associatif ou politique, elle le fait d’abord dans sa commune, voire son quartier. Ensuite seulement, son engagement peut prendre de l’ampleur à une échelle plus large ».

Les personnes interrogées sont d’ailleurs globalement conscientes que « la notion de citoyenneté relève de spécificités locales » (59% des réponses). Mieux encore, elles sont 88% à penser que « les communes portent une responsabilité dans l’émancipation citoyenne ». Elles auraient donc un rôle à jouer pour libérer le citoyen engagé qui sommeille en chaque habitant… surtout dans un contexte où, estiment 74% des répondants, la « citoyenneté est en crise ».

Bénévolat et action associative restent dynamiques
Plusieurs facteurs sont en cause selon les interrogés : les « crises » de l’autorité institutionnelle, économique et financière, sociales ou encore du « vivre ensemble », les carences de l’éducation à la citoyenneté au sein de l’école et des familles, la défiance vis-à-vis de la gouvernance de nos institutions républicaines, la perte de transmission des valeurs communes et l’étiolement du sentiment d’appartenance à la nation ou encore une société devenue trop individualiste.

Certains interrogés, moins nombreux, estiment au contraire que la citoyenneté, restée longtemps endormie, connait une phase de réveil. Elle se traduirait par une augmentation du bénévolat ponctuel, le développement du nombre d’associations, la capacité de mobilisation des citoyens face aux évènements mettant en cause les valeurs républicaines ou encore la générosité des français pour les causes humanitaires.

Quel visage politique de la citoyenneté ?
Quoi qu’il en soit, la citoyenneté serait une priorité pour une majorité des communes sondées. Sur une échelle de 0 à 10, 62% d’entre elles attribuent une note de 7 à 9 à l’importance donnée à cette notion dans leur politique. Cette affirmation semble toutefois en contradiction avec la réalité de leur organisation.

Elles sont en effet seulement 57% à déclarer un élu en charge de la citoyenneté. Pis, seulement 16 % bénéficient d’un service municipal dédié à la « vie citoyenne ». « On s’est aperçu de ce problème de structuration interne dès la diffusion de l’enquête, souligne Julien Goupil. Nos interlocuteurs s’interrogeaient souvent sur le service ou la personne à laquelle confier le soin de répondre au questionnaire… »

« Honorer l’action des vivants »
Surtout, insiste le président d’Empreintes citoyennes, « lorsqu’on les interroge sur la reconnaissance apportée à leurs concitoyens, les municipalités estiment qu’elle se traduit par la mise à leur disposition d’aides, de salles, par un soutien technique, par des remerciements publics lors d’évènements, etc. Mais ce sont des choses totalement éphémères, qui manquent de poids si l’on souhaite faire de ces engagements des exemples à suivre ».

« A travers la reconnaissance de la citoyenneté, l’idée est de créer l’exemplarité, de donner envie aux autres citoyens de s’engager », insiste Julien Goupil. Selon lui, si les communes finissent par reconnaître l’importance d’une valorisation de l’engagement citoyen ou du moins par se poser cette question, la prise de conscience demeure insuffisante. « On sait honorer la mémoire des morts mais on ne sait pas honorer l’action des vivants, la mettre en avant. Pourtant, c’est fondamental pour une commune : elle a besoin de ses bénévoles, de ses citoyens engagés et actifs ».

 

Empreintes citoyennes, un label et une aide aux municipalités
La vocation initiale de l’association Empreintes citoyennes, née au printemps 2014, est de porter le label « ville citoyenne ». Celui-ci est attribué aux communes, quelle que soit leur taille, sur la base de deux critères. D’une part, la collectivité doit s’engager à honorer, chaque année, l’engagement d’un à cinq citoyens actifs. Cette valorisation se concrétise par l’installation de « clous urbains » dans la chaussée portant le nom des citoyens, qui, en se multipliant dans l’espace public, gagneront progressivement en visibilité. Autre condition, la commune doit être à l’initiative de deux dispositifs de moins de cinq ans, qui offrent aux administrés la possibilité d’exprimer leur citoyenneté.
Empreintes citoyennes propose en outre d’accompagner ses adhérents dans la mise en place des Chartes de la citoyenneté locale et des conseils citoyens, ces nouvelles instances de concertation rendues obligatoires par la dernière loi de Politique de la ville, pour élaborer et suivre les contrats de ville 2016-2020.

Note 02:

166 communes de moins de 10 000 habitants, 72 communes de 10 000 à 100 000 habitants et 9 communes de plus de 100 000 habitants. - Retourner au texte

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous