publicité

 

Réagir
Fusion des régions 15/04/2015

Les nouvelles régions seront plus homogènes entre elles

par Martine Kis
carte-13-regions © gouvernement.fr

Selon l'Insee, au 1er janvier prochain, les nouvelles grandes régions seront plus homogènes entre elles. Mais les disparités à l'intérieur des nouveaux ensembles ne disparaîtront pas.

Cet article fait partie du dossier:

Elections régionales : 13 réorganisations capitales

voir le sommaire

L’Insee a un nouvel objet d’études : les 13 nouvelles régions qui apparaîtront le 1er janvier 2016. Dans son ouvrage « La France et ses territoires », l’Institut se penche pour la première fois sur ces nouveaux périmètres. D’autres analyses, plus fines, sortiront au fil du temps.

Plus de deux millions d’habitants
Premier constat : une certaine homogénéisation des grandes régions par rapport aux anciennes régions. Toutes les régions continentales dépassent les deux millions d’habitants et pèsent au moins 3% du PIB national. L’Ile-de-France, dont le périmètre ne change pas, sort nettement du lot avec 11,9 millions d’habitants et 29,8% du PIB national). Elle est talonnée par Auvergne-Rhône-Alpes, avec 7,8 millions d’habitants et 11,4% du PIB national.

 

Suivent deux groupes de régions relativement homogènes. Premier groupe : Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine et Paca, avec une population comprise entre 5 et 6 millions d’habitants et un peu plus de 7% du PIB national.

Deuxième groupe : Pays-de-la Loire, Normandie, Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val-de-Loire, avec une population comprise entre 2 et 4 millions d’habitants et un PIB entre 3,3 et 5% du PIB national.

De grandes disparités subsistent cependant. Ainsi, la population des régions du Nord et de l’Est augmente moins fortement que la moyenne et reste plus jeune. Alors que les régions du Sud et de l’Ouest voient leur population augmenter et vieillir plus vite. Même disparité pour la croissance du PIB, corrélée d’ailleurs aux évolutions démographiques.

Mariage entre partenaires très différents
Pour parvenir à ces résultats, l’Insee constate que les mariages se font entre régions aux caractéristiques très différentes : régions densément peuplées avec régions moins habitées, régions jeunes avec des régions plus âgées, région au PIB supérieur à la moyenne avec régions au PIB inférieur…

 

Résultat : par l’effet des moyennes, les caractéristiques régionales se trouvent resserrées avec moins de dispersions des différents items ; mais en même temps, les nouvelles grandes régions connaîtront des disparités infrarégionales importantes. Un défi que les futurs présidents, élus en décembre prochain, auront à relever.

Références

  • La France et ses territoires, édition 2015, Insee. Dossier « Nouvelles régions : moins de différences interrégionales », lire pp. 65 à 77.

Sommaire du dossier

21 articles Lire le 1er article

Réagissez à cet article

  1. Bonjour,

    Je vous remercie de bien vouloir corriger et rajouter « PICARDIE » À « Nord-Pas de calais » dans la phrase : « Suivent deux groupes de régions relativement homogènes. Premier groupe : NORD-PAS-DE-CALAIS, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente »…
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous