publicité

 

Réagir
Enjeu 16/04/2015

Vague bleue, parité, binômes : une nouvelle ère pour les départements

par Martine Kis, Aurélien Hélias
Départementales 2015 : la vague bleue © CDM

Les scrutins des 22 et 29 mars ont vu l’élection sur tout le territoire de 4 108 conseillers départementaux, élus par binôme et sur des cantons renouvelés. Modalités de travail des binômes, appropriation des compétences sociales, relations avec les nouvelles régions, coopération avec le bloc local… les défis à relever sont nombreux pour ces nouveaux élus.

Cet article fait partie du dossier:

Elections départementales : une équation à plusieurs inconnues

voir le sommaire
« Je pensais que les binômes seraient un élément de complexification du scrutin. Mais ils ont été bien acceptés par les électeurs », reconnaît Jean-Yves Gouttebel, président (PRG) sortant du conseil général du Puy-de-Dôme et réélu à la tête de l’exécutif le 2 avril. Les binômes n’en sont pas moins une innovation unique au monde. Et qui fait basculer, du jour au lendemain, dans une parité quasi parfaite des bastions masculins. Conséquence : un rajeunissement et une diversification socioprofessionnelle et politique des conseils départementaux. « Avec la fin d’un entre soi, c’est la fin de tout un système, ajoute Eric Kerrouche, directeur de recherche au CNRS. Il faudra retrouver des habitudes de travail et des procédures nouvelles. »

Des binômes soudés ?

Institutionnellement, le binôme n’existe que durant la campagne. Une fois élus, les partenaires sont indépendants. Dans ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous