publicité

 

Réagir
Enjeu 13/02/2015

Après les attentats : le grand examen de conscience des élus

par Martine Kis
marianne-delacroix

Après les assassinats terroristes des 7, 8 et 9 janvier et la vague d’émotion et de solidarité qu’ils ont suscitée, nombre d’élus de la Nation en viennent à s’interroger sur leurs politiques publiques. Au-delà des réponses nécessaires en matière de sécurité, les problématiques de l’éducation et la laïcité, de la solidité et la cohérence des politiques sociales et éducatives territoriales nourrissent les débats.

Un mois plus tard, l’onde de choc des événements des 7, 8 et 9 janvier ne s’est pas encore apaisée. Alors que la France a déjà connu des attentats sanglants, jamais ils n’ont suscité une telle vague d’émotion, de solidarité. Comme si les valeurs les plus profondes de la société avaient été atteintes toutes en même temps. Comme si l’assassinat de journalistes, de policiers et de juifs ciblait en réalité la liberté, l’égalité et la fraternité. Pour les élus locaux, les interrogations sont nombreuses et portent sur pratiquement tous les pans de leurs actions : éducation, culture, emploi, logement, laïcité, sécurité. Ce que l’Association des maires de grandes villes de France avait bien compris en annonçant, le 21 janvier, vouloir « réinterroger » l’ensemble de leurs politiques publiques, en faisant fi des traditionnels découpages administratifs et techniques grâce à la création d’un groupe de travail trans ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous