publicité

23/06/2010

Grandville, une porte à marée contre les inondations

par La rédaction

Cet article fait partie du dossier:

Le maire et la prévention des inondations

voir le sommaire

«Granville est une ville ancienne, les zones dites ‘inondables’ sont toutes urbanisées depuis des siècles, il faut faire avec…», souligne Daniel Caruhe, maire de cette commune de la Manche. Cependant, la municipalité a lancé, en septembre 2008, le projet de construction d’une porte à marée à l’embouchure du Boscq, d’un poste de crues, et l’aménagement de bassins de stockage en amont de Granville. Un choix opéré sur la base des conclusions d’une enquête publique lancée par l’équipe municipale précédente.

Lorsque les marées sont fortes et que les prévisions météorologiques ne sont pas clémentes, le niveau de l’eau dans le centre de Granville (Manche) peut atteindre 1 mètre. «En période de marée, la mer s’engouffre dans le Boscq, le ruisseau qui passe dans une canalisation sous le centre-ville, explique le maire. En amont, le débit du cours d’eau est accentué en cas de pluies. La capacité d’évacuation de la canalisation est dépassée et l’eau ressort par les égouts dans le centre-ville.»

La montée de l’eau est lente, elle ne représente pas un danger mortel, mais les conséquences pour l’économie locale sont lourdes pour le quartier commerçant de la commune. «Rien n’a été entrepris pour lutter contre les inondations depuis la destruction de la porte à marée pendant la Seconde Guerre mondiale», constate Daniel Caruhel. Aucun plan de prévention des risques inondations (PPRI) n’a été prescrit, ni ne le sera.

Désengorger Le Boscq à tout prix

«Une vanne automatisée, à la confluence du ruisseau et de la mer, empêche cette dernière de s’engouffrer dans la canalisation en cas de marée haute. Dans un trou d’une profondeur de neuf mètres, quatre pompes rejetteront l’eau superflue dans la mer. Cette station de relevage a une capacité totale de 8m3, comme le débit maximum du Boscq», explique Yves Sévin, adjoint en charge des travaux et de l’urbanisme.

Le bassin de stockage, ou «bassin d’orage» a une capacité de 11.000 m3. «Les communes du bassin versant du Boscq (11 communes sur 41 km2) doivent réaliser des ouvrages de retenue d’eau en amont pour éviter que le niveau du ruisseau augmente trop en cas de pluies, ajoute Daniel Caruhel. C’est en multipliant ces petites réalisations que son débit sera maîtrisé».

Ce chantier représente pour la commune un investissement d’environ 2,6 millions d’euros, dont une part sera subventionnée par l’Etat, la région Basse-Normandie et l’Union européenne. «La démarche n’est pas terminée, précise le maire, nous espérons ‘décrocher’ encore quelques aides.» L’accord d’un architecte des bâtiments de France a été nécessaire pour intégrer l’ouvrage dans l’environnement proche de l’église Notre-Dame, classée monument historique.
La livraison de l’ouvrage est prévue pour décembre 2010. En attendant que celui-ci soit terminé, les marées de septembre sont encore redoutées.

Le système d’alerte au risque d’inondation

En octobre 2004, une grande inondation assortie de coulées de boue surprend les Granvillais et provoque un tollé contre la municipalité. Le dispositif d’alerte est alors créé pour suppléer à l’absence d’ouvrages de protection et sensibiliser les habitants au risque.

Les périodes de vigilance dépendent du calendrier des marées. La cellule de crise, composée des élus, des services techniques, des sapeurs-pompiers, de la police nationale et du CCAS détermine le degré d’alerte (verte, orange ou rouge) dans les trois jours précédant le risque. Elle en informe par téléphone chaque habitant de la zone menacée. La commune peut placer des poches de sable et des bâtards d’eau devant les portes des commerces et immeubles. Ce dispositif n’empêche pas les inondations, il se base sur le principe de précaution.

En chiffres
Nombre d’habitants : 12.688
Budget de la ville : 20.864.471 euros
Coût de l’ouvrage : 2,6 millions d’euros

Pauline Petitot

Sommaire du dossier

18 articles Lire le 1er article

Comments are closed.

publicité

Abonnez-vous