publicité

 

Réagir
Décentralisation 04/06/2014

Vanik Berberian, président de l’AMRF : « Les maires ruraux vont perdre un partenaire essentiel »

par Xavier Brivet
Vanik Berberian © S. Gautier

Trois questions aux président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), qui réagit aux projets de réforme territoriale du gouvernement.

Courrierdesmaires.fr. Vous avez rencontré ce matin le Premier ministre, au lendemain de l’annonce de la réforme territoriale. Que lui avez-vous dit ?

Vanik Berberian. J’ai indiqué à Manuel Valls, en présence de Marylise Lebranchu et d’André Vallini, que la réforme territoriale affaiblira un peu plus les territoires ruraux au profit de mastodontes urbains et technocratiques.

Cette réforme ne prend absolument pas en compte l’aménagement du territoire et la nécessité d’équilibrer le développement urbain et rural. Les maires ruraux n’ont aujourd’hui aucun interlocuteur sur ces sujets au sein du gouvernement.

Il y a certes un outil, le commissariat général à l’égalité des territoires, mais aucune politique n’est définie en la matière. J’ai eu le sentiment qu’un déclic se produisait chez le Premier ministre qui m’a indiqué qu’il allait « regarder cela »…

 

La suppression du département est différée. Etes-vous satisfait ?

V. B. Pas du tout. Cette suppression est aberrante et même sidérante de la part d’un président de la République qui se faisait le grand défenseur de cette collectivité il y a peu encore.

Aucune économie ne sera réalisée avec la suppression des départements. Les communes rurales perdront des partenaires essentiels au niveau infra-territorial pour la gestion des politiques de proximité, que les futures super-régions et les intercommunalités de 20 000 habitants et plus ne remplaceront pas.

 

Allez-vous prendre des initiatives pour défendre vos positions ?

V. B. Oui, nous adresserons prochainement une motion au gouvernement synthétisant nos propositions. Nous travaillons en concertation avec l’Assemblée des départements de France (ADF).

D’ores et déjà, nous mobilisons nos délégations pour prendre le pouls des élus ruraux. Et je peux vous dire qu’ils sont remontés. L’AMRF tiendra son Assemblée générale le 14 juin avec un débat intitulé « La commune, le département, la nation, creusets et foyers de la démocratie ».

Nous sensibilisons aussi les préfets de département au danger d’une disparition des conseils généraux. Certains partagent notre point de vue… sous le sceau du secret !

Réagissez à cet article

  1. Tu m’étonnes que les maires ruraux soient remontés , avec leurs salaires de 1500 € plus président de ci , président de là, c’est déjà une bande de magouilleurs. Ce qu’il faut c’est enlever du paysage Français toutes les communes de moins de 3000 habitants , et ce qui voudrons rester maires , le seront sans salaire , mais juste avec un défraiement. Nous feront des économies.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous