publicité

 

Réagir
Transports publics 21/05/2014

Les élus du transport s’inquiètent du sort de l’écotaxe

par Martine Kis
Portique écotaxe © Flickr-Murielle29

Les élus du Groupement des autorités responsables de transport souhaitent la mise en place de l'écotaxe, qui permettrait de financer l'appel à projet transports collectifs et mobilité durable. A défaut, ils s'inquiètent pour les projets des collectivités et la vitalité de tout le secteur des transports

Les élus du Groupement des autorités responsables de transport (Gart) n’ont pas caché leur inquiétude concernant l’écoredevance poids lourds, ou écotaxe, à l’occasion de leur conseil d’administration, le 20 mai 2014.

C’est à l’unanimité, toutes tendances politiques confondues, qu’ils ont solennellement réaffirmé la nécessité de la mise en œuvre de l’écotaxe. A cet égard, ils ont tenu à « saluer » les conclusions de la mission du député Jean-Paul Chanteguet qui préconisent une franchise kilométrique selon le type de camion et son niveau de pollution.

Quel sort pour l’appel à projets TCSP ?
Selon le Gart, la mise en œuvre de l’écotaxe est nécessaire au financement de l’appel à projets « transports collectifs et mobilité durable », le troisième appel à projets transports collectifs en site propre (TCSP).

L’Etat s’était engagé sur un cofinancement, à hauteur de 450 millions d’euros, de 122 projets de transports collectifs présentés par 78 collectivités territoriales concernant près de 14 millions d’habitants. Les caisses de l’Agence de financement des infrastructures de transports de France (Afitf) devaient y pourvoir, grâce aux rentrées de l’écotaxe, l’Etat s’étant retiré du financement de l’Afitf qu’il abondait à hauteur de 800 millions d’euros. L’écotaxe devait produire entre 800 millions et 1,2 milliard d’euros.

A ce jour, s’inquiètent les élus, il n’existe aucune assurance formelle de maintien de l’appel à projets. Celui-ci avait été annoncé à l’origine pour fin 2012 ou début 2013.

Menaces sur la vitalité du secteur
Le Gart souligne que l’enjeu dépasse le sort des seules autorités organisatrices des transport et des collectivités territoriales. En effet, le produit de l’écotaxe aurait été entièrement réinjecté dans l’économie française. « Est aussi menacée la vitalité de tout le secteur des transports, opérateurs, filières industriels, constructeurs, BTP… », souligne-t-on au Gart, qui rappelle qu’il s’agit non seulement d’emplois non délocalisables, mais aussi d’une croissance verte, qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Approfondir le sujet

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous