publicité

 

Réagir
Financement européen 10/02/2014

Intégrer un programme européen de coopération transnationale

par Emmanuelle Lesquel
interreg-programme-cooperation-transfrontaliere

Intégrer un programme Interreg peut aider à lancer un projet innovant. Il permet de bénéficier d’un soutien financier important et d’une expertise transnationale qui fait parfois défaut dans les projets nationaux. Interreg V 2014-2020 succède à Interreg IV 2007-2013 avec des budgets en hausse.

Cet article fait partie du dossier:

Les collectivités territoriales et l'Europe : la politique régionale

voir le sommaire

Choisissez le programme
Interreg IV A est dédié à la coopération transfrontalière entre les régions ayant une frontière commune. Objectif : réduire les obstacles induits par la frontière afin de favoriser le développement intégré de ces régions transfrontalières.
Interreg IV B a pour but de promouvoir la coopération transnationale des Etats membres et de leurs villes et régions afin de promouvoir l’avenir économique, environnemental et social des territoires.
Interreg IV C soutient la coopération interrégionale entre les autorités territoriales afin qu’elles puissent réaliser des projets communs, même si elles n’ont pas de frontières communes.
Pour obtenir un soutien financier, les projets doivent avoir un rapport avec les thèmes prioritaires du programme concerné.

 

1. Quels sont les avantages ?

L’aspect financier est très intéressant. Avec Interreg V, le projet peut être financé à hauteur de 50 %, voire peut-être 75 %. « Le fait d’être labellisé dynamise les structures, accélère souvent le processus et permet d’obtenir plus facilement d’autres financements », ajoute Julia Eripret, chef d’unité d’une équipe projet au secrétariat technique Interreg IV B Europe du Nord-Ouest (ENO).

Selon elle, avoir dans les programmes Interreg IV B des partenaires de différentes strates (collectivités, entreprises, universités…) multiplie les points de vue et les compétences et enrichit les projets. « Les échanges sont très constructifs. Etre agréé par l’Europe donne de surcroît une reconnaissance et facilite le faire-savoir », confirme le président du syndicat intercommunal de la zone industrielle Artois-Flandres (Siziaf), engagé dans deux programmes Interreg, un IV B et un IV A.

2. A qui s’adresser ?

L’autorité de gestion compétente pour le programme choisi est une bonne porte d’entrée. Par exemple, pour les trois programmes Interreg : IV B Europe du Nord-Ouest (ENO), IV A des Deux mers et IV C Zone ouest, la région Nord-Pas-de-Calais est l’autorité de gestion(1).

Pour intégrer ou monter un de ces programmes, il suffit de contacter l’équipe en charge au conseil régional. Les experts orientent les candidats, si besoin vers le secrétariat technique chargé du suivi les dossiers, qui pourra également les épauler pour définir une méthode de travail et le concept, ou aider à trouver d’autres partenaires.

3. Quels moyens déployer ?

« Pour les collectivités, une fois passé les préjugés, ce n’est pas si compliqué. Mais il faut des ressources humaines suffisantes et des équipes maîtrisant l’anglais », constate Julia Eripret qui conseille au moins un plein-temps, et jusqu’à trois ou quatre, selon l’importance du projet.

« Les 8 membres de l’équipe ont travaillé sur le projet à tour de rôle et cela a représenté plus d’un temps plein », confirme Arnaud Lecourieux chef de projet au Siziaf, qui estime que sa structure n’est pas assez grande pour être chef de file d’un programme européen. « Pour fonctionner, le partenariat doit être resserré sur un domaine spécifique et organiser un très haut degré de coopération entre tous les niveaux », note Julia Eripret.

4. Quels changements avec la nouvelle période ?

Pour la période 2014-2020 (Interreg V) environ 8,9 milliards d’euros seront mis à disposition par l’Union européenne (contre 7,752 Md€ pour 2007-2013 provenant exclusivement du Feder). Les exigences en termes de résultats concrets seront plus importantes. « En 3 ans, les projets devront démonter un réel changement », illustre Julia Eripret.

Contact. Région Nord-Pas-de-Calais : 03.28.82.70.73.

 

L’éco-construction en parc industriel

© Siziaf Le projet de bâtiments durables du syndicat intercommunal de la zone industrielle Artois-Flandre (Siziaf) bénéficie de l’expertise des partenaires européens de « Regain ».

Pour soutenir leur politique environnementale volontariste, menée depuis plus de dix ans, les élus du syndicat intercommunal de la zone industrielle Artois-Flandres (Siziaf) ont intégré en 2008 un programme Interreg IV B ENO.
Baptisé Regain, il porte un projet ambitieux de bâtiments durables dans les parcs industriels. Composé de six partenaires(2), il a déjà permis au Siziaf de construire un bâtiment industriel pilote à énergie positive de 1 800 m2.
« Nous avons pu bénéficier de l’expertise des autres partenaires en matière d’éco-construction, et le soutien financier de l’Europe a été de plus de 1 million d’euros, représentant 36 % du montant du projet global », se félicite Arnaud Lecourieux, chargé de projet pour la collectivité. Face aux avantages multiples de cette coopération, Regain a été prolongé d’un an.
La collectivité s’est aussi engagée en parallèle dans un programme Interreg IV A « Deux mers », pour travailler sur la requalification et la performance des parcs d’activités. Et elle réfléchit déjà au montage d’un projet Interreg V « d’envergure ».

Contact. Siziaf : 03.21.08.60.86.
Note 01:

Ces trois programmes représentent à eux seuls 840 millions d’euros du Fonds européen de développement régional (Feder) soit près de 10 % des fonds Interreg en Europe. - Retourner au texte

Note 02:

Regain-France (Douvrin près de Lens), Regain-Belgique (Namur), Regain-Ecosse (Glasgow) et Regain-Pays de Galles, près de Cardiff, les quatre aménageurs de parcs d’activités ; l’association Palme (coordonnation-communication) ; le parc technologique de Turin, Envipark (expert). - Retourner au texte

Références

  • Article publié dans Le Courrier des maires n° 276 de février 2014 (p.56)

Sommaire du dossier

21 articles Lire le 1er article

Réagissez à cet article

  1. très intéressant, je suis titulaire d’une licence en Gestion et Administration des Entreprises et Attaché Principale des Affaires Etrangères en service au Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.J’aimerai adherer un projet financier merci d’avance

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous