publicité

 

Réagir
Commémorations 07/11/2013

Grande Guerre : François Hollande donne le coup d’envoi des commémorations du centenaire

par Aurélien Hélias
1914-commemoration © Flickr/MetroCentric

Le chef de l’Etat a lancé, jeudi 7 novembre, au palais de l’Elysée, les cérémonies du centenaire de la Grande Guerre dans un discours d’inauguration où il s’est félicité de la mobilisation et de la participation des collectivités territoriales au cycle des commémorations.

« Le souvenir de la Grande guerre ne s’est jamais effacé. Il s’est confondu dans les paysages du Nord et de l’Est de notre pays. Il est présent dans chaque village, dans chaque ville car il n’est pas de commune de France où un monument aux morts n’ait été érigé ».

Si la dimension internationale des commémorations de la Guerre de 14-18 a été longuement évoquée, leur ancrage territorial a été tout autant souligné à plusieurs reprises par François Hollande, dans son discours de lancement du centenaire tenu à l’Elysée le 7 novembre. « Tous nos départements ont créé des comités du centenaire […] Ils ont présenté près de 1 500 projets, dont un millier a été labellisé par le comité des historiens de la mission », s’est félicité le chef de l’Etat, évoquant « un temps de mémoire partagée d’abord dans la diversité de nos territoires ».

Les paysages « meurtris » à l’honneur
Autre axe « local » de commémorations adoubé par François Hollande : une « attention particulière [qui] sera réservée aux lieux. De nombreuses collectivités locales se consacrent à leur mise en valeur. L’histoire de la Grande Guerre s’écrit autour de monuments, de musées, de cimetières ».

De même les « paysages » seront au centre des attentions. « Les plaines désormais silencieuses, les plateaux aujourd’hui déserts, les collines meurtries, là où eurent lieu les carnages. Leur identification, leur signification, leur préservation sont essentielles »,  a déclaré le président de la République. L’occasion pour ce dernier de soutenir la demande commune de régions belges et des départements du nord de la France de voir inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco les principaux sites funéraires situés sur le front occidental du conflit mondial.

L’histoire des fusillés dévoilée
La première étape de ce « centenaire territorialisé » en présence du chef de l’Etat aura lieu le 12 septembre 2014 sur plusieurs lieux emblématiques de la bataille de la Marne, ainsi qu’à Reims. Le 11 novembre sera inauguré le mémorial international de Notre-Dame de Lorette, « en l’honneur des 600 000 soldats tombés sur les champs de bataille du Nord-Pas-de-Calais », a rappelé François Hollande.

Au-delà de ces commémorations, le chef de l’Etat a demandé « qu’une place soit accordée à l’histoire des fusillés » au musée de l’Armée aux Invalides et que « les dossiers des conseils de guerre soient numérisés et disponibles ». Car « il n’est pas de reconnaissance plus forte que celle de la connaissance », a-t-il déclaré.

Thèmes

Réagissez à cet article

  1. Dommage que la presse n’ai pas plus mis en valeur le discours d’Oyonnax très solidaire avec les anciens poilus Par contre nous avons eu tous les commentaires sur les opposants à la sortie de la mairie. Mes deux gds pères sont morts sur les champs de batailles on ne respecte plus rien…..

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous