publicité

 

Réagir
Emplois aidés 18/09/2013

Emplois d’avenir : l’objectif des 100.000 contrats en 2013 sera tenu…, si le gouvernement s’en donne les moyens

par Aurélien Hélias
emploi-jeune-atelier-usine © Phovoir

Des "ajustements", de la souplesse, c’est ce que recommande le président-rapporteur de la mission sur les contrats d'avenir, Jean-Marc Germain, pour atteindre la barre des 100.000 d’ici fin 2013. Un objectif « ambitieux », mais tenable, selon lui.

« S’il faut réajuster le tir pour atteindre les 100 000 emplois cette année, eh bien réajustons le tir ! » a lancé le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 19 septembre 2013, à l’ouverture de la conférence de presse de la mission d’évaluation des emplois d’avenir, qu’il avait confiée au député (PS) des Hauts-de-Seine, Jean-Marc Germain. Des « ajustements », de la souplesse, c’est bien ce que recommande le président-rapporteur de la mission pour atteindre la barre des 100 000 contrats d’ici fin 2013. Cet objectif « ambitieux », Jean-Marc Germain le juge tenable, alors que le dernier pointage, début septembre, faisait état de 51 719 emplois d’avenir signés, plus 3 169 contrats spécifiques à l’Education nationale, soit 55 % de l’objectif annuel.

Les territoires urbains à la traîne

Pour « tenir coûte que coûte » l’objectif des 100 000 contrats d’ici la fin de l’année, plusieurs écueils devront toutefois être surmontés, et notamment « mettre fin aux fortes inégalités d’un territoire à l’autre » : quand les régions Haute-Normandie, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes ont d’ores et déjà dépassé le seuil de 75 % des quota assignés, la région Champagne-Ardenne plafonne à 43 %, l’Ile-de-France à 40 % et l’outre-mer à 36 %. S’agissant des départements,  Jean-Marc Germain a diffusé sur son compte Tweeter le palmarès que voici :

Raisons invoquées pour expliquer ces disparités :

  • une montée en charge plus rapide en milieu rural où la mobilisation a été plus efficace du fait de la très « bonne connaissance de l’offre d’emploi » de l’ensemble des acteurs locaux (collectivités territoriales, missions locales, préfets, etc.),  selon le député ;
  • une « barre plus haute » à franchir en milieu urbain, où le public bénéficiaire (les jeunes non diplômés de 16 à 25 ans) est plus nombreux.

Pour y remédier, Jean-Marc Germain souhaite inciter les acteurs locaux à utiliser toutes les marges de manœuvre introduites dans la loi pour étendre le périmètre des bénéficiaires potentiels, comme l’élargissement des activités éligibles dans le secteur privé ou la dérogation sur le niveau d’études dans les zones urbaines sensibles (ZUS), afin d’atteindre le quota de 30 % de contrats signés dans ces quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Encourager la signature de CDI
Les prescripteurs d’emplois pourraient aussi se voir octroyer un quota de 5 % de leur « stock » d’emplois d’avenir à disposition pour « régler des situations qui ne rentrent pas strictement dans les catégories administratives prévues », et de régler ainsi « au cas par cas » des situations analogues de difficultés d’accès à l’emploi.

Afin de favoriser les contrats signés sous forme de CDI, Jean-Marc Germain invité également Etat et régions à assumer, à parts égales, une prise en charge financière majorée de 10 points pour  les contrats d’avenir à durée indéterminée.

Enfin, le député insiste sur la nécessite de former le plus en amont possible ces jeunes : diffusion de l’information sur l’offre de formation proposée aux tuteurs et à certains employeurs ; prévision d’un entretien fin 2013 entre jeune employé et son tuteur pour préparer 2014 et 2015 ; diffusion aux Opca de la liste des employeurs ayant recruté via ces contrats « pour une meilleure organisation de parcours de formation », etc.

L’appel au CNFPT pour des formations ad hoc
C’est dans ce cadre également que le député appelle le CNFPT à en faire plus : malgré « la création de deux formations de sensibilisation aux métiers de la FPT », le centre n’a pas « mis en place de formations ad hoc », selon « les demandes ». Et le rapporteur de citer les domaines de l’animation et des services à la personne qui pourraient concerner nombre des contrats d’avenir signés par les collectivités.

A NOTER – L‘implication des collectivités locales dans les emplois d’avenir sera le sujet de « L’enjeu » du prochain numéro du « Courrier des maires et des élus locaux » (octobre 2013). Par ailleurs, le site Emploipublic.fr organise un concours Prix 2013 « Construire un avenir aux emplois d’avenir », plus d’informations sur le site dédié.

 
Approfondir le sujet

Sur le Courrierdesmaires.fr

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous