publicité

02/06/2009

La Miviludes veut établir un « référentiel des pratiques sectaires » – Entretien vidéo

par La rédaction

Georges Fenech, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) veut établir «un référentiel» des dossiers concernant les mouvements sectaires, à partir des signalements et des plaintes reçues. Il explique pourquoi dans un entretien accordé le 28 mai 2009 au "Courrier des maires et des élus locaux" et à la "Gazette Santé-Social".

Cet article fait partie du dossier:

Prévenir et réprimer les dérives sectaires : la boîte à outils du maire

voir le sommaire

 

«Je n’ai jamais proposé de rendre publique une liste des sectes. En revanche, il me paraît indispensable de constituer des dossiers de référence établis à partir des signalements dont nous sommes saisis, lesquels doivent intégrer les observations des mouvements incriminés dans le respect du principe du contradictoire», explique Georges Fenech. Ce référentiel, qui remplacerait la liste très controversée du rapport parlementaire de 1995, devrait permettre de répondre « de manière plus fiable et plus rapide aux questionnements des pouvoirs publics et des professionnels, magistrats, enquêteurs, élus…».

 

Rapport 2008
Dans son rapport d’activité, la Miviludes note « des nouveaux risques de dérives dans le secteur de l’emploi et de la formation professionnelle » et une « démultiplication des risques par le biais d’internet ». Un dossier du rapport 2008 est consacré aux risques affectant le secteur de la santé « et plus particulièrement au dévoiement des pratiques thérapeutiques ».

S’agissant du dossier relatif aux « psychothérapies dévoyées à des fins sectaires » et après cinq années durant lesquelles il est apparu impossible de réguler le titre de psychothérapeute, Georges Fenech se félicite « des engagements pris par les pouvoirs publics ».
En premier lieu, le ministère de la Santé a pris un arrêté le 3 février 2009 mettant en place un groupe d’appui technique auprès de la Direction générale de la santé, afin de recenser et de qualifier toutes les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique. Et dans le cadre de la loi HPST, un amendement régulant la profession de psychothérapeute a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale (article 22, septies) et devrait être examiné en début de semaine par le Sénat.

Un programme européen
Parmi les chantiers 2009, figurent l’organisation d’un colloque national en novembre prochain à destination des élus ainsi que la préparation d’un guide concernant la protection de l’enfance, dont la sortie est attendue début 2010. La Miviludes est également associée à la rédaction d’un projet de loi réformant la formation professionnelle, un secteur particulièrement visé par les mouvements sectaires.
Georges Fenech souhaite enfin impulser un « programme de prévention européen des dérives sectaires », une thématique sur laquelle la Miviludes fait « figure de proue » car à l’exception du Centre belge d’informations et d’avis sur les sectes nuisibles, elle ne possède pas d’homologue en Europe.

La Scientologie devant les juges
Sur un plan judiciaire, la lutte contre les sectes pourrait connaitre un tournant avec le jugement très attendu du tribunal correctionnel de Paris qui pourrait décider de la dissolution de l’Eglise de Scientologie.
« C’est la cinquième fois que des représentants de la scientologie comparaissent devant une juridiction correctionnelle, mais la première fois que l’église comparait en tant qu’entité aux côtés de personnes physiques. Ses méthodes ont été condamnées par la juridiction lyonnaise en 1997. Douze ans plus tard, nous verrons quelle est l’approche de la juridiction parisienne », conclut Georges Fenech.

Un article de Xavier Brivet et Hélène Delmotte, mai 2009

Thèmes

Sommaire du dossier

11 articles Lire le 1er article

Comments are closed.

publicité

Abonnez-vous