publicité

07/12/2009

Premier colloque national de la Miviludes en 2009 – Conseils d’experts (vidéos)

par La rédaction

Le colloque "Vigilance et lutte contre les dérives sectaires : état des lieux en France" de la mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) s’est déroulé le 26 novembre 2009 à la mairie de Lyon. Il marque l’attention portée par la Mission au travail et aux responsabilités des élus locaux. Entretien avec cinq spécialistes de la lutte contre les mouvements sectaires.

Cet article fait partie du dossier:

Prévenir et réprimer les dérives sectaires : la boîte à outils du maire

voir le sommaire

Cette rencontre a débuté par une allocation de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, qui soutenait cette initiative, et s’est achevée par les propositions de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Justice.

Georges FENECH,
président de la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires

Georges Fenech  invite les élus locaux à s’adresser à la Mission pour obtenir des informations et conseils.
Celle-ci tient notamment à leur disposition un référentiel des mouvements sectaires.

Serge Blisko a succédé à Georges Fenech le 1er août 2012.

 

 

Catherine PICARD,
présidente de l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (Unadfi)

Les associations souffrent d’un manque de moyens liés notamment à une baisse des subventions ministérielles.
Catherine Picard revient également sur le vote d’une disposition législative, en mai 2009, qui a empêché de prononcer la dissolution de l’Eglise de scientologie.

 

Philippe VUILQUE,
député des Ardennes, président du groupe d’étude sur les sectes de l’Assemblée nationale

Philippe Vuilque retrace les travaux du groupe d’études et met en garde les pouvoirs publics contre la reconnaissance trop facile du statut cultuel à certaines organisations.

 

 

Henri DE CORDES,
président du centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (Belgique)

Le développement des mouvements sectaires ne connait pas de frontières.
Quelle coopération existe entre la France et la Belgique ?
Une action européenne est-elle possible ?

 

 

Jean-Olivier VIOUT,
procureur général près la cour d’appel de Lyon

Manipulations mentales, emprise mentale, vulnérabilité, escroquerie….
Jean-Olivier Viout précise les fondements juridiques de l’action publique.
Il explique également l’importance du travail en réseau, notamment avec les associations et les cellules départementales de lutte contre les dérives sectaires.

Thèmes

Sommaire du dossier

11 articles Lire le 1er article

Comments are closed.

publicité

Abonnez-vous